Décès de Sid Ali Kouiret : l’Algérie orpheline de son acteur prodige

Le comédien Sid Ali Kouiret, grande figure du cinéma et du théâtre algériens, est décédé dimanche après-midi à l’hôpital à Alger des suites d’une longue maladie à l’âge de 82 ans, a-t-on appris auprès de la famille du défunt.
Le défunt avait été admis il y a un mois à l’hôpital de Ain Naâdja où il a dû subir plusieurs interventions chirurgicales. Né le 3 janvier 1933 à Alger, il avait marqué l’histoire du cinéma algérien dès l’indépendance en se produisant dans plusieurs grandes oeuvres dont « L’opium et le bâton », « Chronique des années de braise » et « Décembre ».

Inhumation, hier, à Oued Erroumane (Alger)
L’acteur et comédien algérien Sid Ali Kouiret, décédé dimanche en fin d’après-midi à Alger a été inhumé hier à la mi-journée au cimetière de Oued Erroumane à Alger, a indiqué la famille du défunt. Les proches du défunt ont précisé que la levée du corps a eu lieu au domicile familial dans le quartier de Draria à l’ouest de la capitale avant la prière de dohr.

Un acteur hors pair , selon Labidi
La ministre de la Culture, Nadia Labidi, a salué le riche parcours artistique de l’acteur Sid Ali Kouiret, décédé dimanche soir, estimant que le défunt était un acteur « hors pair ».
« Avec la disparition de Sid Ali Kouiret, la scène artistique a perdu l’une des grandes figures du cinéma et du théâtre algériens », a souligné dimanche Mme Labidi dans un message de condoléances. « Le défunt s’est particulièrement distingué en interprétant des rôles phares dans plusieurs films, notamment sur la glorieuse révolution qui resteront à tout jamais témoins de son immense talent », a écrit la ministre.

Bouteflika : «Un fervent nationaliste et un militant courageux »
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé hier qu’avec la disparition de l’artiste Sid Ali Kouiret, l’Algérie venait de perdre un « fervent nationaliste et un militant qui s’est distingué par son courage et sa bravoure au sein de la troupe du Front de libération nationale (FLN) tout au long de la lutte pour le recouvrement de la liberté et de la souveraineté spoliées ». « Aujourd’hui, s’éteint une étoile de notre grand pays et disparaît à jamais le nom d’une célébrité du monde artistique et une illustre figure du cinéma et de la télévision algériens. Un artiste que tous les enfants de ce pays, à l’intérieur comme à l’extérieur, ont aimé et idolâtré pour ses rôles remarquables, son talent exceptionnel et sa présence singulière reflétant la personnalité du citoyen algérien à travers ses différents rôles historiques », a écrit le président Bouteflika dans un message de condoléances à la famille du défunt Sid Ali Kouiret. « Ainsi aura décidé la volonté de Dieu. Aujourd’hui nous quitte le grand artiste Sid Ali Kouiret, que Dieu lui accorde sa Miséricorde », a indiqué le chef de l’Etat avant de souligner que l’Algérie « vient de perdre un patriote exemplaire et un militant qui s’est distingué par son courage et sa bravoure au sein de la troupe du Front de libération nationale (FLN) tout au long de la lutte pour le recouvrement de la liberté et de la souveraineté spoliée ». « Le défunt avait rejoint le Théâtre national algérien au début des années cinquante pour poursuivre son parcours artistique exceptionnel aux côtés de ses pairs algériens comme Mustapha Kateb, Mahieddine Bachtarzi et d’autres parmi nos grands artistes qui ont porté haut le message de l’Algérie à travers l’art de la parole et de l’image », lit-on encore dans le message du président Bouteflika. « Il lui est reconnu ainsi qu’aux autres artistes de la troupe du Front de libération nationale, qu’il était un ardent révolutionnaire qui affrontait à travers ses qualités artistiques avérées, l’arrogance et la barbarie de l’ennemi. C’est avec virtuosité qu’il incarna tous les rôles qu’il s’est vu confier sur les scènes du théâtre puis au lendemain de l’indépendance, dans le cinéma algérien pour retracer les hauts faits de la révolution de novembre jusqu’à graver son nom d’artiste sans conteste à l’échelle nationale et mondiale », ajoute le chef de l’Etat. Le président Bouteflika rappelle encore que Kouiret qui a obtenu avec mérite de nombreux prix nationaux pour les personnages qu’il a incarnés avec le talent qui était le sien s’est érigé en véritable école de l’art. « Kouiret vient de quitter sa famille, son public et sa patrie mais il aura auparavant gravé son souvenir en lettres d’or dans la mémoire des Algériens parmi les figures éternelles du monde de l’art et son étoile continuera d’éclairer la voie des générations montantes », soutient le président Bouteflika priant Dieu Tout Puissant d’accorder au défunt sa sainte miséricorde, de l’accueillir en son vaste paradis et d’assister sa famille et ses proches ainsi que toute la corporation artistique et culturelle et son public en cette douloureuse épreuve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>