EMS Algérie

Courrier postal : EMS Algérie améliore de 7 places son classement mondial

Les performances enregistrées par EMS Algérie, filiale Courrier et Colis express d’Algérie Poste, durant l’année 2018, ont connu une progression «substantielle» pour l’ensemble des indicateurs, lui permettant d’être classé à la 63ème place parmi les 198 pays membres de la coopérative EMS pays, indique dimanche un communiqué du ministère de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique. Les efforts «considérables» déployés pour l’amélioration de la qualité de service vis-à-vis de ses clients ont permis à EMS Algérie de devancer encore sept (7) pays durant le dernier trimestre de l’année 2018, note la même source, citant le dernier rapport de l’Union postale universelle (UPU). EMS Algérie a gagné 33 places au classement mondial durant l’année 2018 et 99 places durant les trois dernières années, soit de 2015 à 2018, rappelle la même source, relevant que, désormais, EMS Algérie est classé à la première place en Afrique du Nord, 5ème Pays arabes et 5ème en Afrique, «une position très honorable pour l’Algérie». «Ces performances se traduisent par un taux dépassant 99 % en matière de respect des délais à la livraison, le taux est valable sur l’ensemble du territoire national, un indicateur en forte progression», souligne le communiqué, ajoutant que EMS Algérie «enregistre également un taux de 94% de réponses à temps pour le service clients EMS, le taux est mesuré à travers des requêtes des clients et partenaires sur les bases de données de l’UPU». «Pour l’année 2019, EMS Algérie s’est fixé l’objectif d’être parmi les 50 pays, les mieux classés dans le monde, un nouveau challenge pour l’entreprise», conclut la même source.

L’Unicef appelle à aider 13,5 millions d’enfants africains déplacés
Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a lancé samedi, à la veille du 32e sommet de l’Union africaine (UA), un appel aux gouvernements africains et du reste du monde pour défendre les droits de quelque 13,5 millions d’enfants déplacés sur le continent. «La majorité des migrants africains se déplacent à l’intérieur de l’Afrique. Bien que la plupart de ces déplacements soient normaux et réguliers, des causes profondes et négatives constituent un facteur principal des migrations irrégulières à travers le continent», a rappelé la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore. Elle a insisté sur «l’importance à la fois des actions nationales et des coopérations au niveau régional et international en la matière». Selon les données officielles, les enfants représentent près d’un quart des migrants en Afrique, soit un pourcentage deux fois plus élevé que la moyenne mondiale, tandis que 59% des 6,8 millions de réfugiés africains sont des enfants. Cet appel à défendre les droits de ces 13,5 millions d’enfants déplacés sur le continent africain a été lancé par l’Unicef à la veille du 32e sommet de l’UA qui s’ouvre dimanche à Addis Abeba. «à l’occasion de ce sommet, les dirigeants de l’UA ont une occasion formidable de montrer au reste du monde une meilleure façon de renforcer la protection des enfants déracinés et de les soutenir», a lancé Mme Fore aux dirigeants africains qui se réunissent dimanche et lundi dans la capitale éthiopienne pour un sommet centré sur les déplacements irréguliers.

Yémen : décès de deux bébés siamois en difficulté à Sanâa
Deux bébés siamois en situation désespérée depuis leur naissance sont décédés samedi dans la capitale yéménite Sanâa, ont rapporté les médias. Le décès des siamois est intervenu faute d’une prise en charge médicale adéquate au niveau de l’hôpital Al-Thawra à Sanaa.
Le chef du service de pédiatrie de l’hôpital Al-Thawra à Sanâa Fayçal al-Babili avait lancé un appel mercredi pour une évacuation vers l’étranger dans les plus brefs délais des siamois qui avaient deux têtes, mais seulement un tronc, un rein, deux jambes et deux bras. «Le système de santé du Yémen s’était effondré en raison de la guerre et que, faute d’équipements, ses équipes n’étaient pas en mesure de réaliser l’intervention visant à séparer les nouveaux-nés», avait-il expliqué.
Une équipe médicale saoudienne s’était dite prête pourtant à prendre en charge les frères siamois, âgés de deux semaines, mais aucune information n’avait ensuite été donnée sur la mise en œuvre de cette proposition.

La terre a tremblé à Tablat (Médéa)
Une secousse tellurique d’une magnitude de 3,1 degrés sur l’échelle de Richter a été enregistrée dimanche à 5h24 à Tablat dans la wilaya de Médéa, indique le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) dans un communiqué. L’épicentre de la secousse a été localisé à 10 km au sud-est de Tablat, précise la même source.

Après le lancement de son offre «Hayla Maxi»
Ooredoo dénonce les pratiques de Djezzy qui poursuit sa politique de confusion et d’imitation de ses marques déposées
Ooredoo dénonce les pratiques de l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy, qui continue d’induire en erreur le consommateur algérien à travers la commercialisation d’une nouvelle offre lancée sous l’appellation « Hayla Maxi», un naming qui constitue une flagrante ressemblance avec les offres « Haya ! Maxy et Maxy » de Ooredoo. En effet, l’opérateur Djezzy attaque à nouveau délibérément les intérêts de Ooredoo en imitant et en semant la confusion sur ses marques commerciales déposées qui ont connu un très large succès auprès de ses clients, à savoir «Haya ! Maxy» et «Maxy ».
Devant ces pratiques qui vont à l’encontre des lois commerciales applicables dans ce domaine et qui perturbent l’équilibre économique du marché par la confusion et l’imitation des marques des autres, Ooredoo a officiellement demandé à l’opérateur Djezzy la cessation immédiate de l’exploitation de la marque « Hayla Maxi » et son retrait du marché et ce, conformément aux procédures réglementaires et judiciaires. Ooredoo a également adressé un courrier relatif à cette affaire à l’Autorité de Régulation de la Poste et des Communications Electroniques (ARPCE).
Il convient de mentionner que la loi 04-02, modifiée et complétée, relative aux règles applicables aux pratiques commerciales, énonce dans son article 26 que : « sont interdites toutes les pratiques commerciales déloyales à travers lesquelles un opérateur économique porte atteinte aux intérêts d’un ou de plusieurs autres opérateurs économiques». L’article 27 de la même loi stipule également que : «sont considérées comme pratiques commerciales déloyales au sens de la loi, notamment : l’imitation des marques distinctives d’un opérateur économique concurrent ou l’imitation de ses produits, services ou publicités afin de gagner les clients de cet opérateur en distillant la suspicion et des illusions dans l’esprit du consommateur.» Il convient de rappeler que le même opérateur avait déjà eu recours à l’imitation en lançant son offre «Hayla» qui est un mélange entre les offres « Hala » et « Haya » de Ooredoo.
Devant ces pratiques déloyales, Ooredoo exhorte son concurrent à l’innovation et à la créativité au lieu d’opter pour des pratiques d’imitation des idées, prêtant à confusion, et qui visent à induire les clients en erreur. Les clients algériens méritent mieux que ces pratiques d’exploitation des idées des autres. Ainsi, Ooredoo invite ses clients à ne pas confondre entre ses marques commerciales originales et leurs imitations.
Ooredoo réaffirme qu’elle n’a pas fait dans l’imitation et ne le fera jamais, car elle a promis à ses clients et à la société algérienne d’être toujours le leader de l’innovation commerciale.

Chiffre du jour : 47

Au moins 47 personnes sont mortes dans le nord de l’Inde après avoir consommé des boissons frelatées, ont indiqué samedi soir les autorités locales. Selon ce bilan, 36 personnes sont mortes dans le district de Saharanpur, dans l’Etat d’Uttar Pradesh et 11 autres dans les districts voisins de Kushinagar et Haridwar, dans l’état l’Uttarakhand. Les victimes auraient pris du vin mélangé à de l’alcool méthylique, un produit toxique, a précisé le directeur général de la police d’Uttarakhand, Anil Raturi. Plus d’une douzaine de responsables du département des accises de l’état du district de Haridwar ainsi que quatre policiers ont été suspendus à la suite de cet incident, a-t-il fait savoir.