16.9 C
Alger
28 novembre 2023
lecourrier-dalgerie.com
À LA UNE

COOPÉRATION ALGÉRO-OUGANDAISE : Alger et Kampala font affaires

Après avoir déjà renforcé ses relations bilatérales avec bon nombre de pays du continent, à l’instar de la Mauritanie et du Sénégal, que ce soit dans le domaine bancaire ou bien dans la promotion de ses produits nationaux en Afrique, l’Algérie a mis cette fois-ci le cap sur l’Ouganda.
Certes, il s’agit là de coopération purement économique et commerciale, mais force est d’admettre que dans son contexte initial, ce rapprochement entre les deux pays est avant tout le fruit d’une fraternité historique. En effet, c’est sur un air de panafricanisme et de non-alignement qu’Alger et Kampala entretiennent de solides rapports. Un partenariat à caractère diplomatique qui trouve ses fondements dans cette lutte commune et cet engagement au service des causes de l’Afrique et des pays en développement. Deux pays frères qui ont toujours milité, dans le cadre de l’Union africaine, en vue de prémunir les pays africains des tensions actuelles. Une même vision d’un combat de l’Afrique qui réalise progressivement son indépendance économique après de longues années de colonialisme, eu égard au soutien au droit des peuples à la liberté et à l’indépendance, dont le soutien du peuple sahraoui et sa juste cause.

Sous le signe de l’intégration et de la complémentarité  
En outre, la coopération bilatérale entre l’Algérie et l’Ouganda couvre également le volet économique, les deux parties ayant fait part de leur attachement à promouvoir leur partenariat économique de manière à assurer une meilleure exploitation de leurs atouts, dans l’ordre de l’accélération de l’intégration. Dans ce sens, plusieurs visites visant le renforcement et la diversification de la coopération ont été effectuées par le ministre du Commerce, Tayeb Zitouni, dont le Cameroun et la Côte d’ivoire. À Kampala, dans la capitale ougandaise, et après avoir présidé vendredi le lancement officiel de la foire des produits algériens, en compagnie de son homologue ougandais, Francis Mwebesa, et en présence de pas moins de 51 établissements et d’hommes d’affaires algériens, le ministre algérien du Commerce, Tayeb Zitouni, a présidé hier l’ouverture des travaux du 1er Forum économique algéro-ougandais. En marge de ces travaux, un accord de partenariat et de coopération a été signé entre la Chambre algérienne de commerce et d’industrie et celle de l’Ouganda. Selon un communiqué du ministère, l’accord vise à créer un conseil d’affaires algéro-ougandais.

Un partenariat qui grandit  
Pour rappel, Zitouni avait participé au mois d’août dernier aux travaux du 2e Sommet africain du café, qui s’était déroulé à Kampala. L’occasion pour le ministre, lors de l’audience que lui avait accordé le président de la République de l’Ouganda, Yoweri Museveni, de passer en revue les produits qui seront inclus dans les échanges commerciaux entre les deux pays dans le cadre de l’encouragement du commerce bilatéral entre l’Algérie et l’Ouganda. En réalité, cet engagement de l’État algérien envers l’Ouganda n’est qu’une suite logique aux rencontres officielles préalablement tenues entre les deux pays. Rappelons à cet effet que le 3 octobre 2022, le président Tebboune avait reçu à Alger le ministre d’État ougandais aux Affaires étrangères chargé de la coopération régionale, John Mulimba. Et de citer entre autre que le 11 mars de l’année en cours, et sur invitation d’Abdelmadjid Tebboune, le président ougandais avait visité l’Algérie pour une durée de quatre jours.

La voix de l’Algérie ne manquera plus en Afrique
L’Algérie n’est pas seulement le quatrième pays producteur de pétrole en Afrique, ses compétences vont bien au-delà. En effet, il est utile de rappeler que l’Algérie avait initié, dans le cadre de l’intégration continentale, des projets structurants, comme la Route transsaharienne, le Gazoduc (Algérie-Nigeria) et la Dorsale transsaharienne à fibre optique, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf)». Dans le même sillage, l’Algérie avait annoncé le 19 février dernier l’affectation d’un milliard de dollars à des projets de développement dans les pays africains, en marge du sommet de l’Union africaine, dont les travaux se sont déroulés à Addis-Abeba (Ethiopie). De là, plusieurs conventions de partenariat lient désormais l’Algérie à plusieurs pays africains.
Hamid Si Ahmed

Related posts

LE PRÉSIDENT BOUSCULE LES MINISTRES : «Respectez les engagements de l’État»

Redaction

Le procureur de la CPI et le SG de l’ONU bientôt en Palestine pour enquêter sur les crimes de guerre de l’armée israélienne : L’entité sioniste paiera-t-elle pour ses crimes ?  

courrier

LA PRÉSIDENTE DE LA CGEA VERSE DANS UN DISCOURS NÉGATIONNISTE QUI NIE LES RÉALISATIONS DEPUIS 2019 : Réveillez-vous Mme Neghza !

courrier

UN DÉTACHEMENT DES FAR POUR PARTICIPER AUX OPÉRATIONS DE TSAHAL DANS LA BANDE DE GHAZA : M6 et son Makhzen ou la trahison dans les gènes  

Redaction

VÉRITABLE MACHINE DE PILLAGE DES RESSOURCES MARITIMES, HYDRIQUES ET AGRICOLES : Quand la colonisation marocaine rime avec désastre climatique

courrier

Dans le cadre de sa politique visant le renforcement du développement local : Tebboune opère un vaste mouvement dans le corps des secrétaires généraux de wilayas

courrier