Cinéma : les Transformers ne sont pas près d’aller à la casse

Le studio américain envisagerait des suites et des spin-off à la saga des robots. De quoi régaler les fans… et les comptes en banque de la Paramount.

Selon le site Deadline, les patrons ne semblent pas prêts à lacher leur poule aux œufs d’or. Tels Star Wars et les héros Marvel, les Transformers seraient voués à durer. Ce ne sont pour l’instant que des discussions, mais qui pourraient vite aboutir. Paramount Pictures a annoncé travailler sur la suite de cette franchise. Un comité serait en formation pour trouver rapidement des idées de projet. Ce «pool d’écriture» devrait être mis en place grâce à la collaboration entre les producteurs Steven Spielberg et Lorenzo di Bonaventura, le scénariste Akiva Goldsman et le réalisateur Michael Bay. Ce dernier avait pourtant annoncé ne plus vouloir réaliser les films de la saga. Il serait alors producteur et embaucherait d’autres scénaristes.
Des histoires de robots qui se font la guerre, c’est assez simple. Pourtant, ça fonctionne et surtout ça vend depuis 2007. Pourquoi un tel succès? Le public se passionne pour ces films aux effets spéciaux omniprésents. Les humains se lient aux Autobots pour faire la guerre à d’autres robots, les Decepticons ou les Dinobots. La planète Terre se trouve au bord de l’explosion, envahie par des créatures faites de «transformium», mais portée par le courage d’humains sauveurs de l’humanité. Les «bankables» Shia Labeouf et Megan Fox sont les héros charismatiques des premiers volets. Sauver la Terre en mélangeant combats, robots et amour, le public en redemande.

Une saga qui vaut de l’or
Les images grandioses et la puissante musique du compositeur Steve Jablonsky (Armageddon, Pearl Harbor, No Pain No Gain) embarquent les spectateurs. La Paramount y met aussi le budget pour. Les deux derniers volets ont chacun coûté 195 et 220 millions de dollars. Ils ont ensuite engrangé environ 1 milliard de dollars par volet. Les robots rapportent gros. Voilà pourquoi le studio de cinéma ne souhaite pas s’arrêter à 4 épisodes de cette saga. Transformers se décline à l’envie: d’abord connus sous forme de jouets pour enfants, ils se sont multipliés en films, jeux vidéos, comics ou encore une attraction dans les Universal Studios à Singapour et à Hollywood.
Malgré des critiques souvents assassines, 7 nominations aux Razzie Awards 2015 pourTransformers 3: l’Âge de l’extinction et l’obtention de celui du pire réalisateur pour Michael Bay, les producteurs ne semblent pas refroidis, bien au contraire. Tranformers 5 est déjà prévu pour 2016, comme le laissait sous-entendre la fin du quatrième épisode. Que les petits et les grands fans se rassurent, trop de robots ne tue donc pas encore le robot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>