Covid-19

Batna : Les capacités d’accueil des malades du Covid-19 augmentées à 240 lits

Les capacités d’accueil des malades du Covid-19 dans la ville de Batna ont été augmentées à 240 lits, a indiqué dimanche, le directeur de wilaya de la santé et de la population, Aïssa Madhoui. Cette augmentation intervient après la réservation de nouveau du service de médecine interne (60 lits) du CHU pour la prise en charge des cas de Covid-19 et l’intégration de 40 nouveaux lits à l’établissement public hospitalier, EPH, (ex sanatorium) qui, mobilisé pour la prise en charge du malade du Covid-19, compte désormais 140 lits, a précisé à l’APS, le même responsable.
Le même cadre a fait état d’une possible transformation du service de mise en quarantaine du rez-de-chaussée du même EPH en une petite unité de soin intensif avec la mobilisation d’infirmiers et de quatre médecins parallèlement à l’accélération des travaux d’équipements en matériel de radiologie et de laboratoire du nouveau service de 40 lits des urgences médicalisés de la cité Bouzourane. Le taux actuel d’occupation des 662 lits réservés dans la wilaya pour les malades du Covdi-19 est de 36,7 % qu’est un taux «maitrisé» même s’il a augmenté par rapport au taux de 10 % enregistré en septembre passé, a souligné le directeur de la santé.
Au cours de la première semaine de novembre, la wilaya a enregistré une augmentation des cas de Covid-19 passés à 75 et le chef-lieu de la wilaya concentre le nombre le plus élevé de contamination en raison du grand nombre de sa population et du relâchement dans le respect des règles de prévention, a-t-il souligné.
Les établissements sanitaires des villes de Barika, Arris, Aïn-Touta, N’gaous et Theniet El-Abed sont tous équipés pour la prise en charge des malades du Covid-19 et leurs réserves en oxygènes sont constamment renforcées, à l’instar des établissements du chef-lieu de wilaya dont la capacité a été portée de 3.000 à 9.000 litres, selon encore le même responsable.
La wilaya dispose de deux laboratoires de tests PCR, un au centre anticancer et l’autre dans le secteur privé, en plus de centres de dépistage, d’orientation et de suivi ainsi que d’une équipe d’hospitalisation à domicile pour atténuer la pression sur les établissements de santé.