abderrahmane-raouya

Assemblées annuelles de la BAD et du FAD : Raouya en Corée du Sud dès aujourd’hui

L’industrialisation a toujours joué un rôle moteur dans l’évolution économique du continent africain, affichant d’importants taux de croissance économique dans plusieurs secteurs.

Malgré cela, l’afrique n’arrive toujours pas à relever le défi de la révolution industrielle et de la création de valeur ajoutée locale. Afin de redynamiser l’industrialisation dans le continent, la Banque africaine de développement (BAD) et le Fonds africain de développement (FAD) organiseront du 21 au 25 mai 2018, en Corée du Sud des rencontres pour mettre en exergue les perspectives économiques en Afrique.
Puisque l’Algérie est un pays membre et fondateur de la BAD, « le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya assistera, dès aujourd’hui, à la 53ème assemblée annuelle de la Banque Africaine de développement et la 44ème assemblée annuelle du Fonds africain de développement, en Corée du Sud à Busan, et ce jusqu’au 25 du mois courant », a annoncé, hier, le ministère des Finances dans un communiqué.
Cette fois, le thème adopté pour ces événements s’intitule « accélérer l’industrialisation de l’Afrique ». Il entre dans le cadre de l’une des priorités de la BAD, notamment la promotion des industries au continent africain. Selon la même source ces assemblées constitueront une occasion pour les responsables du monde économique et financier des pays membres de la BAD, d’échanger leurs expériences et points de vue sur la situation économique et financière internationale. Quant à la grande rencontre, elle permettra également aux participants de s’appesantir sur ce thème, approuvé à l’unanimité par les administrateurs du Groupe de la Banque. Ce, après avoir fait l’objet d’un examen approfondi par les parties prenantes internationales.
« En marge de ces sessions, le ministre des Finances Abderrahmane Raouya aura des rencontres avec ses homologues de pays membres de la BAD, qui représentent leur pays au Conseil des gouverneurs de cette institution, et s’entretiendra aussi avec des responsables d’institutions financières internationales et régionales», explique la même source. Concernant la réunion du Comité directeur mixte dont l’Algérie est membre pour cette année, aux côtés de 8 autres pays, Raouya est invité aussi à participer à l’événement « Dialogue sur les perspectives économiques en Afrique de 2018 ».
Par ailleurs, dans le cadre de ces assemblées et sur invitation du vice-Premier ministre et ministre de la Stratégie et des finances de la Corée du Sud, Raouya participera à la 6ème Conférence sur la coopération économique Corée du sud-Afrique (KOAFEC). Le choix de ce thème traduit la volonté d’une industrialisation durable en Afrique comme moyen de favoriser sa transformation structurelle. Les rencontres et événements prévus en marge de ces réunions traiteront également des principaux défis auxquels le continent est confronté dans sa quête vers l’industrialisation ainsi que les leçons tirées des expériences de grands pays industriels. Cette Conférence, dont le thème portera sur « L’Afrique et la quatrième révolution industrielle: un tremplin pour sauter des étapes? », aura pour objectif de promouvoir un dialogue politique de haut niveau sur la coopération économique entre la Corée du Sud et l’Afrique.
L`Algérie est parmi les pays fondateurs de cette institution dont le capital dépasse actuellement les 100 milliards de dollars. Détenant 4,2% des actions de cette banque, l`Algérie est le quatrième actionnaire parmi les pays africains et le septième dans le classement général des pays membres. Le portefeuille de la BAD pour l’Algérie comprend actuellement 12 opérations pour une enveloppe globale de 724 millions d’unités de compte (environ 1,07 milliard d’euros) comportant onze opérations d’assistance technique pour un montant de 9,1 millions de dollars, et le prêt de 900 millions d’euros qui a été entièrement décaissé, et en une seule fois, en décembre 2016.
Mohamed Wali