PM

ALGÉRIE – TUNISIE : Donner corps aux mécanismes de la coopération bilatérale

Le Premier ministre, Aïmène Benabderrahmane, et la Cheffe du gouvernement tunisien, Najla Bouden, ont affirmé, hier à Alger, leur détermination à activer les mécanismes de coopération bilatérale, à poursuivre les différents projets communs et à renforcer les échanges économiques, notamment à l’occasion des prochaines échéances bilatérales, en particulier à l’occasion de la Grande Commission mixte algéro-tunisienne.

En effet, lors de sa visite à Alger, la cheffe du Gouvernement tunisien s’est entretenue avec le premier ministre Benabderrahmane au Palais du Gouvernement. Selon un communiqué de presse du PM « les entretiens ont permis de saluer vivement la profondeur les relations de fraternité et de solidarité qui lient les deux pays et peuples frères, et de passer en revue les moyens de renforcer la coopération bilatérale à la lumière des directives des dirigeants des deux pays, le Président de la République Abdelmadjid Tebboune et son frère, le Président de la République tunisienne, Kaïs Saïed, visant à atteindre davantage d’intégration stratégique et de développement solidaire et intégré ». Notant que la cheffe du Gouvernement de la République de Tunisie, a été reçue à son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediene, par le Premier ministre, Aïmène Benabderrahmane, accompagné du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, et de la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Mme Samia Moualfi. Cependant, il est important de rappeler que la visite en Algérie de la cheffe du Gouvernement tunisien intervient quelques jours après celle effectuée par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra en Tunisie en qualité d’envoyé spécial du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, durant laquelle il a été reçu par le président Kaïs Saïed. A cette occasion, le ministre «a transmis les salutations du président Abdelmadjid Tebboune à son frère le président Kaïs Saïed à qui il a remis un message de fraternité qui s’inscrit dans le cadre du contact permanent entre les dirigeants des deux pays mus par un intérêt commun de hisser les relations de coopération bilatérale à des horizons meilleurs et d’approfondir la tradition de concertation et de coordination». La rencontre a permis «d’examiner les perspectives d’unification des efforts en vue de mettre en œuvre les décisions adoptées par les dirigeants arabes lors du sommet d’Alger». Après avoir passé en revue la situation actuelle sur la scène régionale dans le contexte des défis politiques et économiques imposés par les tensions internationales, les deux parties ont relevé la convergence de vues et de positions des deux pays frères autour des menaces communes et les moyens d’y faire face.
Soulignant en outre, qu’en décembre 2021, la « Déclaration de Carthage », qui a sanctionné la visite d’État, effectuée par le président Tebboune en Tunisie, a traduit une vision nouvelle dans les relations entre l’Algérie et la Tunisie. Elle a confirmé la convergence de vues des deux Présidents quant à la nécessité d’une « nouvelle approche de coopération, à même d’asseoir de nouvelles bases de partenariat bilatéral ». En juillet dernier, la réouverture des frontières terrestres entre l’Algérie et la Tunisie, annoncée le 5 juillet 2022 à l’aéroport d’Alger par le président Tebboune à son homologue tunisien Kaïs Saïed, qui s’apprêtait à quitter le pays après avoir assisté aux festivités marquant le 60e anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie, a été perçue comme un geste politique qui traduit la contribution de l’Algérie à la stabilité de son voisin qui occupe une position stratégique dans un environnement instable du côté de la Libye et des pays du Sahel. C’est également vu comme une opportunité de renforcement des échanges entre les citoyens des deux pays frères et de consolider les liens d’amitié et de fraternité entre les deux peuples frères. Les travaux de préparation d’un nouveau passage frontalier avec l’Algérie, au niveau de Ghardimaou, sont presque achevés. Selon la presse tunisienne, ce nouveau poste va relayer l’ancien passage et sera doté de plusieurs équipements, comme les scanners, de façon à faciliter et accélérer le transit des personnes et des marchandises.
Sarah O.