Société civile

À UNE SEMAINE DU SCRUTIN PRÉSIDENTIEL : Le PAD et la Société civile préparent une action de protestation

Le Pacte des forces de l’alternative démocratique (PAD) et les dynamiques de la société civile se réuniront, aujourd’hui, pour décider d’une action de protestation dans les jours qui suivent, pour dire «non» à la tenue des élections présidentielles du 12 décembre, nous a fait savoir Boualem Amoura, secrétaire général du SATEF. Contacté hier par nos soins, pour de plus amples détails sur la grève annoncée par la Confédération syndicale des forces productives (COSYFOP), Amoura a indiqué qu’une « action de protestation contre le vote du 12 décembre est prévue les prochains jours», par les Dynamiques de la société civile et les partis regroupés dans le PAD (FFS, RCD, UCP, PT, MDS, PST et la LADDH). Les représentants des initiateurs de cette action devront se réunir aujourd’hui.
Le même syndicaliste nous a confié que la date du 11 décembre peut être fixée par le PAD et les syndicats pour exprimer leurs positions sur le prochain rendez-vous électoral. «Nous ferons peut-être du 11 décembre qui est une date symbolique vu qu’elle représente la marche historique du 11 décembre 1960 contre le colonisateur et pour l’indépendance du pays, une date pour exprimer notre rejet des présidentielles», affirme Amoura.
«Notre action consistera, soit en une marche pacifique ou bien une grève générale. En tout cas, demain (aujourd’hui, ndlr) on discutera sur ce point», précise notre interlocuteur. Qu’en est-il de l’appel à la grève du 8 au 12 décembre lancé par la COSYFOP ? Le SG du SATEF a précisé que ces actions ne visent pas leurs syndicats et formations, et qu’ils ne participeront pas à cette dernière vu « qu’elle est lancée via les réseaux sociaux et ce sont donc des initiatives peu-crédibles. Nous ne sommes pas associés à cette confédération, elle fait du syndicalisme à travers Facebook», dit-t-il comme pour se démarquer de cette action.

Des grèves et des marches planent sur le rendez-vous
Selon Boualem Amoura, membre des Dynamiques de la Société civile, des marches ont commencé dans les wilaya de Béjaïa et de Tizi-Ouzou contre la tenue des élections présidentielles du 12 décembre, affirmant dans sa déclaration, faite hier au Courrier d’Algérie, que même le secteur économique est rentré en grève, indiquant que cette dernière « n’a rien avoir avec l’appel de la COSYFOP » souligne-t-il. En effet, notre interlocuteur a précisé que certains syndicats tels (l’UNPEF, le SATEF, le CNAPEST) ont participé à la marche d’hier sous le cap de la Confédération des syndicats autonomes (CSA), indiquant que dans les prochain jours il y aura d’autres grèves et des marches dans les autres wilayas du pays. Pour rappel, le Comité de participation du groupe Cevital dans la wilaya de Béjaïa a annoncé ce mardi, son adhésion à la grève.
Sarah Oubraham