6,95 millions et 63% des salariés travaillent dans le secteur privé en Algérie : Les femmes très présentes dans le secteur public

Les statistiques données par l’Office national des statistiques ne laissent pas l’ombre d’un doute : ce sont désormais les entreprises privées qui offrent du travail pour les Algériens.

Le secteur public est soit en difficulté, soit en cessation de paiement. Les rares sociétés de l’ordre de Sonatrach ne sont pas légion, et les deux secteurs qui laissent encore des portes ouvertes pour les jeunes, sont ceux de l’agriculture et du bâtiment, or les jeunes diplômés ne sont intéressés ni par l’un ni par l’autre. Les chiffres de l’Office national des statistiques, publiés par l’Aps, hier, à partir d’une enquête réalisée en avril dernier sur la situation du marché du travail, confirment cette réalité avec un secteur privé qui fait travailler une proportion de 63% de l’emploi total en Algérie. Quant au secteur public, il absorbe près de 4,09 millions de travailleurs, soit 37% de la population occupée qui est de 11,048 millions de travailleurs. Les 11,048 millions de travailleurs se composent de 9,073 millions d’hommes (82,1%) et de 1,975 million de femmes (17,9%). L’ONS indique aussi que près de 7 occupés sur 10 sont salariés (69,6%). Cette part est plus importante auprès des femmes puisqu’elle atteint 75,3%. L’emploi féminin se démarque également par une plus grande concentration dans le secteur public qui absorbe 57,4% de la main d’œuvre féminine totale contre 42,6% dans le secteur privé. Concernant la répartition de la population occupée par secteur d’activité, il est constaté que les plus gros employeurs sont le secteur de la construction avec 1,9 million de travailleurs (17,2% de l’ensemble de la population occupée), suivie de l’administration publique (hors secteur sanitaire) avec 1,73 million d’employés (15,7%), du commerce avec 1,71 million (15,5%), de la santé et l’action sociale avec 1,56 million (14,1%), des industries manufacturières avec 1,33 million (12%) et de l’agriculture avec 1,14 million (10,4%), alors que les travailleurs des autres services sont au nombre de 819.000 (7,4%).
Par groupes de professions, l’enquête de l’ONS montre que 20,4% de la population occupée se composent de professions élémentaires (2,26 millions de travailleurs), suivies des métiers qualifiés de l’industrie et de l’artisanat avec 1,93 million de personnes (17,5%), du personnel de services, commerçants et vendeurs avec 1,88 million (17%) et des professions intellectuelles avec 1,08 million (9,8%).
Les autres professions se composent essentiellement des conducteurs d’installation et d’ouvriers de l’assemblage avec 856.000 travailleurs (7,7% de la population occupée globale), des agriculteurs avec 798.000 (7,2%), des employés administratifs avec 671.000 effectifs (6,1%), des professions intermédiaires avec 540.000 (4,9%) et des directeurs et gérants avec 387.000 (3,5%).
En ce qui concerne la présence des femmes par secteur, l’enquête de l’ONS relève que sur les 1,97 million de travailleuses que compte le pays, 853.000 femmes activent dans le secteur de la santé et de l’action sociale (43,2% de la population féminine occupée) contre 705.000 hommes, tandis que le secteur de l’industrie manufacturière emploie 415.000 femmes (21% des travailleuses) contre 913.000 hommes. Les femmes sont au nombre de 238.000 dans l’administration publique-non compris la santé publique- (12,1% des travailleuses), de 95.000 dans l’agriculture (4,8%), de 87.000 dans le commerce (4,4%), de 41.000 dans le transport et communication (2,1%), de 32.000 dans la construction (1,6%), de 8.000 dans l’industrie extractive (0,4%), et de 206.000 dans les autres services (10,4%).
Par ailleurs, il est également constaté que dans les professions intellectuelles, les femmes constituent la majorité avec un nombre de 569.000 contre 514.000 hommes.
I.M. Amine