SILA

24e SILA : Participation de plus de 1020 maisons d’édition

Plus de 1020 maisons d’édition représentant 40 pays prendront part à la 24e édition du Salon international du livre d’Alger (Sila 2019), prévu du 30 octobre au 09 novembre prochains au Palais des expositions des Pins maritimes (Alger), avec le Sénégal comme invité d’honneur, a annoncé, dimanche, le commissaire du salon, Mohamed Iguerb.

«Plus de 1020 maisons d’édition participeront au Sila dont près de 270 algériennes» a précisé M. Iguerb, ajoutant que le choix du Sénégal comme invité d’honneur vise à rendre hommage aux intellectuels, hommes de lettres et philosophes de ce pays africain». À ce propos, le commissaire du Sila a fait savoir que la participation du Sénégal comme invité d’honneur coïncidait avec le 50e anniversaire du Festival culturel panafricain (Panaf), qui sera célébré, cette année, en présence d’hommes de lettres et d’historiens algériens et africains qui débattront de plusieurs thèmes relatifs aux relations panafricaines, à la littérature et à la pensée en Afrique. S’agissant de l’organisation du salon, la priorité sera accordée «aux jeunes et au grand public, loin du caractère académique et élitaire ayant marqué les éditions précédentes», a-t-il estimé, car cette 24e édition constituera l’occasion pour les jeunes écrivains de briller notamment les lauréats des précédents prix littéraires dont les prix Assia Djebbar, Ali Maachi, Yasmina Mechakra et Mohamed Dib. Outre l’organisation des concours du meilleur logo et de la meilleure affiche du Salon, cette édition verra, pour la première fois, l’aménagement d’un espace réservé aux dédicaces au profit des maisons d’édition algériennes et étrangères, en vue de faire connaître leurs écrivains et intellectuels, a indiqué M. Iguerb, ajoutant que cette initiative vise à «encourager ces maisons à participer au programme du Sila». Il a affirmé, par ailleurs, que le choix des éditeurs devant occuper le pavillon central du
Palais des expositions se base sur «leur spécialisation en matière de créativité littéraire et de livre scientifique (technique et universitaire), outre leur ancienneté dans ce domaine», et ce au vu «de la forte demande des Algériens sur ce genre d’ouvrages», soulignant que le Sila «offre de nouveaux livres de qualité à des prix raisonnables, notamment à la lumière des remises pratiquées lors de la dernière semaine du Salon». Outre les jeunes plumes algériennes, plusieurs écrivains, romanciers et intellectuels connus devront prendre part à cet important évènement culturel, aussi bien dans le cadre du programme officiel du Sila qu’au sein des programmes des maisons d’édition, à l’instar des deux romanciers algériens Waciny Laredj et Yasmina Khadra, ainsi que le romancier palestinien Ibrahim Nasrallah et l’historien français Olivier Le Cour Grandmaison.