sans-papiers

Un sans-papiers algérien sauve deux enfants en France

Un sans-papiers algérien s’est distingué d’un héroïque en sauvant deux enfants d’un incendie domestique. Répondant au nom de Abdelillah Assaoui, le ressortissant algérien n’a pas hésité à escalader le mur d’une bâtisse pour pénétrer dans un appartement en feu et secourir deux enfants en danger, une fille et un garçon. Ce geste héroïque lui a valu la reconnaissance de la mère des deux enfants mais aussi des habitants de la localité. La scène s’est déroulée au niveau de Mée-sur-Seine, dans l’après-midi de lundi, rapporte le journal français Le Parisien dans son édition de mardi. Un appartement se trouvant au deuxième étage d’un immeuble a pris feu. À l’intérieur, se trouvaient deux enfants âgés de 12 et 5 ans. Abdelillah Assaoui a escaladé les murs de la bâtisse, s’est introduit dans l’appartement en feu et a sauvé les deux enfants avant d’éteindre l’incendie. “Il était un peu avant 14 heures. On buvait le café juste en bas au salon de thé turc. À un moment, on a entendu boum, comme une explosion. Mon cousin est monté sur une chaise et il a vu des flammes au premier étage. Il a grimpé par le gros tuyau (gouttière, ndlr) jusqu’à la fenêtre de la cuisine”, a raconté le cousin de ce ressortissant au même journal. Une fois dans le logement, Abdelillah prend dans ses bras un à un les deux enfants qu’il a évacués par la fenêtre. Le héros algérien s’est mis ensuite à éteindre le feu à l’aide d’un extincteur que lui avait passé le patron du salon de thé. “On a attendu de longues minutes l’arrivée des pompiers. Sans mon cousin, les enfants seraient morts”, estime le proche de Abdelillah. La mère des deux enfants n’a pas manqué d’exprimer sa gratitude envers l’Algérien qu’elle appelle “mon sauveur”, rapporte le même média. Elle compte d’ailleurs saisir le maire du Mée-sur-Seine et le préfet de Seine-et-Marne pour demander la régularisation de Abdelillah qui vit clandestinement en France depuis 3 ans. “Il mérite d’obtenir cette reconnaissance comme c’est arrivé à d’autres sans-papiers. Il aimerait aussi faire venir sa fille âgée de 6 ans, restée en Algérie“, a-t-elle ajouté.

Deschamps pourrait «sécuriser» Aouar dès septembre
La liste des joueurs sélectionnés en équipe de France, qui sera dévoilée par Didier Deschamps le 27 août prochain, sera certainement attendue du côté de l’Algérie. En effet, la présence, quasi-certaine, de Houssem Aouar est redoutée. Il devrait être parmi les joueurs convoqués pour les matchs de Ligue des Nations UEFA face à la Suède et la Croatie prévus en septembre. Après avoir manqué deux regroupements par le passé pour « blessure », le prodige de l’Olympique lyonnais pourrait répondre favorablement à l’appel cette fois. « Si Didier Deschamps veut le bloquer par rapport à la sélection algérienne, il peut faire des choses… Je suis heureux pour lui car c’est un pur talent qui vient de l’Academy. J’ai vraiment envie qu’il réussisse jusqu’au bout, peu importe ses orientations en matière de sélection, et qu’il reste à l’OL », ces propos sont signés Jean-Michel Aulas, patron de l’Olympique lyonnais qui a toujours voulu voir le crack du centre de formation porter la tunique des « Bleus ». Cela aurait pu se faire à deux reprises en septembre dernier puis en octobre. Mais des pépins physiques ont empêché le dépositaire du jeu rhodanien de rallier Clairefontaine. Beaucoup ont essayé d’interpréter ces défections comme des «blessures diplomatiques» afin de ne pas dire « non » à l’EDF. Selon certains, Aouar a l’équipe nationale d’Algérie dans un coin de la tête. Même si, sportivement et niveau CV, jouer pour les Champions du Monde lui donnerait plus de visibilité et une participation quasi-certaine dans les grands-événements footballistiques. A commencer par l’EURO-2021 qui se profile. En tout cas, le potentiel du milieu de terrain est énorme. Il est suffisant pour pousser Deschamps à cocher son nom pour le prochain stage. D’autant plus que les Ndombele, Sissoko ou encore Matuidi sont en perte de vitesse.

Le fils de Nezzar condamné
Le tribunal de Sidi M’Hamed d’Alger a prononcé son verdict à l’encontre de Lotfi Nezzar, fils du général à la retraite Khaled Nezzar. Il a écopé de six ans de prison ferme assortis d’une amende d’un million de dinars. Le condamné étant en fuite à l’étranger, la justice a lancé un mandat d’arrêt international contre lui et son épouse. La chambre correctionnelle près le tribunal de Sidi M’Hamed, à Alger, a condamné par contumace, ce lundi 20 juillet, Lotfi Nezzar à six ans de prison ferme et à une amende d’un million de dinars. Le juge a également émis un mandat d’arrêt international contre le mis en cause et son épouse, en fuite en Espagne. La justice a prononcé, par ailleurs, d’autres verdicts allant de l’acquittement à deux ans de prison ferme à l’encontre de leurs quatre complices, dont trois étaient en détention provisoire.

Mis aux poings
« Les objectifs du programme tracé devront être concrétisés d’ici la fin de l’année en cours », Abdelaziz Djerrad, Premier ministre.

Rendez-vous ferme est pris donc.