tomate industrielle

Tomate industrielle : La production multipliée par 10 en l’espace de 10 ans à Aïn-Defla

La production de la tomate industrielle dans la wilaya de Aïn-Defla a décuplé en l’espace de 10 ans (de 2009 à 2019), dépassant légèrement les 2 millions de qx, a-t-on appris, mercredi, d’un responsable de la direction locale des services agricoles (DSA).

«La production de la tomate industrielle de la wilaya de Aïn-Defla a été multipliée par 10 en l’espace de 10 ans, passant de 200 000 qx en 2009 à plus de 2 millions qx à l’heure actuelle, soit une évolution de 1 000 %», a indiqué le chargé des statistiques à la même direction, Amar Sâadi, faisant état d’une production attendue de cette culture de l’ordre de 2,2 millions de qx pour la campagne agricole 2019-2020. L’accroissement de la superficie consacrée à la tomate industrielle (2000 ha à l’heure actuelle contre 300 en 2009), le savoir-faire auquel recourent les agriculteurs dans l’itinéraire technique de la plante ainsi que les primes incitatives accordées à ces derniers sont autant de facteurs susceptibles d’expliquer les résultats obtenus par cette culture connue pour son cycle court (mai-septembre), a signalé M. Sâadi. Au sujet du maraîchage, il a par ailleurs fait savoir que Aïn-Defla occupe la 2ème place à l’échelle nationale dans ce segment de la production agricole avec une satisfaction des besoins nationaux de 11,2 %, qualifiant ce résultat d’«encourageant» compte tenu de la faible étendue de la wilaya dont la surface agricole utile (SAU), a-t-il précisé, «ne dépasse pas les 181 000 ha. «Evoquant la Journée mondiale de l’alimentation célébrée le 16 octobre de chaque année, il a soutenu qu’à l’instar des wilaya disposant d’un potentiel agricole important, Aïn-Defla s’emploie à participer de manière «efficiente» à l’effort visant l’augmentation de la production agricole sur les plans qualitatif et quantitatif, et, par ricochet, contribuer à la réduction de la facture d’importation alimentaire du pays. «Une agriculture performante suppose un intérêt accru à certaines cultures stratégiques à l’instar des céréales et des semences», a-t-il affirmé, ajoutant que le défi pour Aïn-Defla consiste à se lancer «résolument» vers l’exportation.