euros

Tentative de transfert illicite de plus de 26 000 euros déjouée à l’Aéroport Houari Boumediene

Les services de la police aux frontières (PAF) de l’Aéroport International Houari Boumediene (Alger) ont déjoué une tentative de transfert illicite de devises d’un montant estimé à 26 600 euros, indique, vendredi, un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Les éléments de la PAF ont procédé à l’arrestation de deux passagers au niveau du point de contrôle en partance pour Dubaï avec 26600 euros en leur possession dissimulés dans leurs valises, précise la même source. La somme en devise ainsi saisie a été transférée aux services compétents pour parachever les formalités légales. Par ailleurs, les éléments de la police d’Alger ont effectué plusieurs décentes, qui se sont soldées par l’arrestation de 167 individus impliqués dans le trafic de drogue et de psychotropes et la saisie de 2692 comprimés psychotropes, 512 g de kif traité et 52 armes blanches prohibées. À Sétif et à Biskra, les services de Sûreté ont arrêté 14 mis en cause et saisi 3200 comprimés psychotropes, ajoute la même source.

Saisie record de cocaïne dans le port de Montevideo (Uruguay)
Plusieurs tonnes de cocaïne dissimulées dans des conteneurs ont été saisis dans le port de Montevideo, ont annoncé vendredi les autorités uruguayennes, qui tout en continuant de compter la drogue évoquent d’ores et déjà «le coup le plus important porté au narcotrafic dans l’histoire du pays». C’est en passant des conteneurs transportant de la farine de soja au scanner, que des «anomalies» ont été constatées sur quatre d’entre eux, a annoncé la marine dans un communiqué. Le premier caisson métallique «contenait 3 089 briques de cocaïne, d’un poids de 1,1 kg chacune», a déclaré à la presse Diego Perona, un porte-parole de l’institution. Un peu plus tard, alors que le deuxième conteneur était en cours d’inspection, la quantité de briques a été revue à la hausse, à 3 500 paquets. Tandis que le décompte de la drogue se poursuit dans les quatre caissons, une enquête a été ouverte concernant ce chargement destiné au port de Lomé, au Togo. La marine estime d’ores et déjà que «cette saisie sera le coup le plus important porté au narcotrafic dans l’histoire du pays». Les saisies de cocaïne en Uruguay ou en provenance de ce pays, qui n’est pourtant pas un producteur de cette drogue, se sont multipliées depuis un an. Cela confirme que l’Uruguay est devenu une nouvelle plaque tournante pour le trafic de cocaïne à destination de l’Europe et de l’Afrique. En novembre, la marine avait déjà saisi dans le port de Montevideo quelque 3 tonnes de cocaïne dans un conteneur en partance pour l’Afrique. Le 3 août, une tonne de cocaïne répartie en 817 paquets avait été saisie dans une maison de Parque del Plata, une station balnéaire du sud du pays à 55 km à l’est de la capitale. La veille, la police allemande avait annoncé une prise record de 4,5 tonnes dans le port de Hambourg, dans un conteneur provenant de Montevideo qui devait être acheminé à Anvers (Belgique). Et le 16 mai, 603 kilos de cocaïne avaient été découverts à l’aéroport de Mulhouse-Bâle (France) à bord d’un jet privé en provenance d’Uruguay.

Six morts et cinq blessés dans un accident de la route à El Oued
Six (6) personnes ont trouvé la mort et cinq (5) autres ont été blésées suite à un accident de la circulation survenu vendredi après midi dans la wilaya d’El-Oued , a-t-on appris des services da la Protection civile (PC). Le drame est survenu au niveau de la route nationale (RN-48 (A) reliant la commune de Réguiba (30 km nord du chef lieu de wilaya) et celle de Djamâa (wilaya d’El M’Gair), suite à une collision frontale entre un véhicule utilitaire et un camion léger, causant la mort, sur place, de six (6) personnes et des blessures à cinq (5) autres, a indiqué le directeur de la Protection civile Ahmed Baouji . Les corps des victimes ont été déposés à la morgue de l’établissement public hospitalier (EPH) Ben Amar Djilani de la ville d’El-Oued, où ont été également évacués aux services des urgences les blessés, selon la même source. Une enquête a été diligentée par les services de sécurités compétents pour déterminer les circonstances exactes de ce drame.

Le P/APC de Mecheria et six autres personnes placés sous contrôle judiciaire
Le juge d’instruction près le tribunal d’Aïn Sefra (Nâama) a ordonné de placer sous contrôle judiciaire le président de l’Assemblée populaire communale de Mecheria, cinq entrepreneurs et un employé administratif, poursuivis dans une affaire de corruption, a-t-on appris mercredi, d’une source judiciaire. La même source a indiqué que le P/APC de Mecheria est poursuivi pour octroi des privilèges injustifiés dans le domaine des marchés publics et abus d’autorité, faisant savoir que le juge d’instruction près le tribunal d’Aïn Sefra a entendu, mardi, les personnes accusées dans cette affaire concernant des dépassements dans l’octroi des marchés. Des entrepreneurs ont bénéficié de projets d’aménagement urbain et l’acquisition du matériel d’une manière en infraction à la législation et à la réglementation en vigueur, a-t-on signalé.

Un brûlé au deuxième degré dans une explosion de gaz dans un immeuble à Tissemsilt
Une personne âgée de 49 ans s’en est sortie avec des brûlures de deuxième degré dans une explosion de gaz, survenue samedi dans un immeuble dans la commune de Khemisti (Tissemsilt), a-t-on appris des services de la Protection civile. Les agents de la Protection civile sont intervenus au domicile d’un immeuble à la cité des 460 logements à Khemisti, qui a fait l’objet d’une explosion due à une fuite de gaz de ville et ont transféré la personne blessée au service des urgences médicales de l’EPH de la ville où il a été gardé sous soins intensifs, a-t-on indiqué. L’explosion a provoqué un état de choc à des membres de deux familles résidant à proximité du domicile sinistré qui ont été transférés à la polyclinique de Khémisti, a-t-on ajouté, soulignant que l’accident a occasionné des fissures dans les murs de deux appartements.

Enquête épidémiologique sur la mort de trois membres d’une même famille à Djelfa
La direction de la Santé, de la Population et de la Reforme hospitalière de Djelfa a ouvert une enquête épidémiologique sur la mort de trois membres d’une même famille, dans la nuit de vendredi à samedi, a-t-on appris, samedi, auprès de son directeur, Belakhel Fites. « L’enquête concerne la mort de trois membres d’une même famille, à savoir une femme de 63 ans, sa fille de 42 ans, et son gendre de 48 ans, tous accueillis au niveau de l’établissement hospitalier Mehad Abdelkader du chef lieu de Djelfa », a indiqué M.Fites dans un entretien téléphonique avec l’APS. Cette enquête épidémiologique vise la détermination des causes et les circonstances, encore non identifiées, de la mort de ces trois personnes, a souligné le même responsable.