Révision de la Constitution : les garanties de Bouteflika

Dans son message à la Nation, à l’occasion de la commémoration du 61e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er-Novembre 1954, le chef de l’État a annoncé que le projet de révision constitutionnelle «sera bientôt rendu public».
Le document propose, a-t-il indiqué «des garanties nouvelles» pour «conforter le respect des droits et libertés des citoyens, ainsi que l’indépendance de la Justice», a déclaré le président de la République. Annonçant que le projet de révision de la Loi fondamentale sera rendu public «bientôt», le chef de l’État a indiqué que le document en question portera des garanties nouvelles» pour conforter, notamment, l’indépendance de la Justice. Il sera aussi question dans ledit projet annoncé, pour «bientôt» par le chef de l’État, de «la constitutionnalisation d’un mécanisme indépendant de contrôle et surveillance des élections, avec, notamment, l’attribution d’un rôle actif à l’opposition, dont la possibilité pour ses parlementaires de la saisine du Conseil constitutionnel. Dans son message, le chef de l’État indique que son projet de révision de la Constitution apportera des «garanties nouvelles» pour «conforter le respect des droits et libertés des citoyens, ainsi que l’indépendance de la Justice», a-t-il précisé. Le projet de révision de la Constitution qui sera bientôt rendu public, selon le chef de l’État, marquera le parachèvement «des réformes politiques et de gouvernance» dont l’objectif est de parvenir à une pratique démocratique «apaisée dans tous les domaines». Et c’est les garanties constitutionnelles contenues dans le projet de révision de la Constitution, à travers les recours et de nouvelles pratiques visant à enraciner la confiance indispensable dans tout processus électoral. Dans son message, il a été aussi question de «garantir une transparence» dans «tout ce qui est relatif aux grands enjeux économiques, juridiques et politiques de la vie nationale» dans le projet de révision de la Constitution. C’est ainsi que la teneur et la portée du document, annoncé pour «bientôt» par le président de la République, contribueront à «l’affirmation d’une démocratie plus apaisée dans tous les domaines», a indiqué le Chef de l’État, dans son message, et d’ajouter «ainsi qu’à davantage d’épanouissement des énergies des acteurs politiques économiques et sociaux du pays, au service de notre peuple». Il indiquera, dans ce sens, que «le peuple est la source exclusive de la démocratie et de la légitimité, et le seul arbitre souverain de l’alternance au pouvoir», affirme le chef de l’État. Selon le chef de l’État, son projet de réforme confère à la révision de la Constitution, la faculté de «promouvoir la place et le rôle de la jeunesse face aux défis du millénaire». Avec les grandes lignes précitées du projet de révision de la Constitution, annoncées par le président de la République, dans sa letttre à l’occasion du 61e anniversaire du déclenchement, en 1954, de la guerre de Libération du peuple algérien, les réactions et les lectures que feront les acteurs politiques de la scène nationale vont rythmé l’actualité politique, des jours à venir.
Karima Bennour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>