Tebboune-parti

RENCONTRES AVEC LES PARTIS : Tebboune à la recherche d’un consensus politique

Les choses semblent s’accélérer depuis le retour au pays du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de son séjour médical en Allemagne pour amorcer le changement souhaité et booster le processus électoral, maintes fois stoppé à cause de la pandémie du coronavirus et la maladie du chef de l’État.

C’est ainsi que le Président a annoncé la dissolution de l’Assemblée populaire nationale et un éventuel jumelage des élections anticipées locales et parlementaires. Il a également relancé les consultations avec les partis politiques et la traditionnelle rencontre avec les représentants de médias locaux pour échanger sur les questions nationales et internationales à même de dégager un consensus national sur le chantier de réforme engagé et surtout renforcer le front intérieur.
Dans la foulée de ces consultations le chef de l’État a reçu plusieurs responsables de partis politiques. Les derniers en date sont  les dirigeants du Parti du renouveau algérien (PRA), du Rassemblement national démocratique (RND) et du parti Talaië El Hourriyet. À travers ces rencontres avec les dirigeants politiques, le chef de l’État est parti à la recherche d’un consensus politique sur sa feuille de route portant édification de l’Algérie nouvelle.
La nouvelle Constitution adoptée en novembre dernier par voie référendaire a été soumise, rappelle-on à enrichissement des partis politiques, personnalités nationales et la société civile. De même pour la nouvelle loi portant révision de la loi électorale. À présent l’heure est à réunir autour des prochaines élections le maximum d’adhésion des partis politiques à travers un échange à cœur ouvert de part et d’autres pour éviter surtout le spectre d’une abstention massive comme ce fut le cas pour la présidentielle de 2019 et la Loi fondamentale du pays.
Dernière ligne droite pour le projet de loi électorale
Toujours dans le cadre du processus électoral, le Premier ministre Abdelaziz Djerad, a présidé, jeudi, une réunion du gouvernement qui s’est déroulée au Palais du gouvernement. Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour : présentation par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati d’une communication relative au projet d’Ordonnance portant Loi organique relative au régime électoral. Une seconde du ministre de l’Intérieur, sur un projet d’ordonnance modifiant et complétant l’ordonnance n 12-01 du 13/02/2012 déterminant les circonscriptions électorales et le nombre de sièges à pourvoir pour l’élection du Parlement.
Ce dernier point est certainement lié au dernier découpage administratif et électoral après la création de nouvelles wilayas dans le sud du pays. Il est donc attendu une modification de certains articles du projet de loi électorale pour se conformer au changement opéré.

Le nombre de sièges à l’APN pourrait passer à 508
Selon certaines sources médiatiques, cinq sièges seraient réservés pour chacune des wilayas nouvellement créées. Le nombre de représentants au niveau de l’hémicycle Zighout Youcef va passer, ainsi, si ces informations s’avèrent juste, de 462 à 508 sièges suite au nouveau découpage administratif. À signaler également une réduction de 4 sièges au total pour les wilayas d’El Oued, Biskra et Illizi. Pour rappel le nombre de sièges à l’Assemblée nationale est passé de 389 à 462 en 2012 en raison de la croissance démographique constatée après le recensement de la population effectué en 2008 à travers tout le territoire national. Les deux textes devraient être débattus, en vue de leur adoption, lors du prochain Conseil des ministres que présidera le chef de l’État. La convocation du corps électoral devrait intervenir prochainement.
Brahim Oubellil