Mohamed Antar Daoud

QUALIFIÉ DE « HÉRAUT » DE L’OCCUPATION MAROCAINE : « Jeune Afrique » épinglé par l’ambassadeur Antar Daoud  

L’ambassadeur d’Algérie en France, Antar Daoud, se montre intransigeant à l’égard de ceux qui s’en prennent à l’Algérie et aux médias inféodés au Maroc qui défendent sa politique coloniale. Il épingle et recadre l’hebdomadaire installé  à Paris et qui se prétend à vocation africaine, Jeune Afrique, dans une sévère mise au point, dont nous détenons une copie.

(…) « L’Infographie intitulée « Front Polisario : une “ république » ensablée », parue dans le numéro 300 du mois de Mai 2021 de « Jeune Afrique », fait ressortir l’utilisation par votre rédaction d’une carte du continent africain intégrant le territoire du Sahara occidental dans les frontières internationales du Royaume du Maroc et ce, en contradiction avec les faits établis par la légalité et le droit internationaux, », écrit  l’ambassadeur d’Algérie en France . « Nonobstant la ligne éditoriale de votre magazine, connue de tous pour être défavorable au processus de décolonisation du territoire non-autonome du Sahara occidental et à l’exercice du peuple sahraoui de son droit à l’autodétermination, tel que prévu par les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et celles de l’Assemblée générale des Nations unies, les exigences éthiques de la profession de l’information commandent l’objectivité et la rigueur quant à l’utilisation de supports, notamment les cartes géographiques qui doivent refléter les frontières internationalement reconnues (Copies cartes ONU jointes en annexe). »
Interpellant le responsable de l’hebdomadaire, le diplomate écrit : «  À cet égard, vous n’êtes pas sans savoir que le territoire du Royaume du Maroc et celui du Sahara occidental sont deux territoires bien distincts et séparés ; une réalité réaffirmée par différentes instances internationales et régionales, à l’instar de la Cour internationale de Justice, de l’Union africaine et de la Cour de Justice de l’Union européenne. Ainsi, toute illustration ne prenant pas en compte cette réalité est de nature à induire en erreur le lecteur. » « Par ailleurs, le texte introductif de cette infographie laisse suggérer que l’Algérie, partie intéressée et non concernée à l’instar de la Mauritanie, soutient une cause vaine, qualifiant de « mirage » la perspective de l’indépendance du Sahara occidental. Ceci me conduit à rappeler que le soutien constant de mon pays aux peuples sous le joug de l’occupation et leur droit à l’autodétermination, en particulier pour les causes justes palestinienne et sahraouie, trouve sa source dans son cheminement historique marqué par le recouvrement de l’indépendance après une longue et glorieuse guerre de libération nationale ayant permis au peuple algérien d’exercer son droit à l’autodétermination », ajoute Antar Daoud .
« L’on est en droit de s’interroger sur la persistance de Jeune Afrique, pourtant magazine d’essence « panafricaine », à se faire le héraut de l’occupation marocaine, qui foule au pied l’un des principes fondateurs de l’Union africaine et des Nations unies, à savoir le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », s’interroge l’ambassadeur d’Algérie soulignant  que sa mise  au point n’a d’autre « objectif que le souci de voir prévaloir une information complète, reposant sur des données factuelles irréfragables et susceptibles de permettre un éclairage sur La nature de cette question qui concerne la dernière colonie d’Afrique ».
L’ambassadeur, Antar Daoud, se dit « persuadé » que l’hebdomadaire ne  manquera «  pas de prendre en compte, à l’avenir, ces éléments d’information, que j’estime neutres et objectifs, permettant non seulement de garantir aux lecteurs une information fiable et authentique, mais également d’éviter d’induire l’opinion publique en erreur en employant des supports illustratifs altérés ne reflétant point la réalité du conflit. »
M. Bendib