RASD

PRÉVU À PARTIR DU 19 DÉCEMBRE PROCHAIN À TIFARITI : Active préparation du 15e congrès du Front Polisario

Le Secrétariat général du Front Polisario s’est réuni, hier, pour discuter et suivre les étapes préparatoires pour la tenue du colloque national et du quinzième Congrès du Front Polisario, prévu à partir du 19 décembre prochain dans la ville de Tifariti, en territoire libéré du Sahara occidental. Cette réunion du Front Polisario survient après celle tenue, la veille, lundi par le Bureau permanent de son Secrétariat général, présidée par le président sahraoui, Brahim Ghali, au cours de laquelle une présentation sur les derniers préparatifs du 15e Congrès du Front Polisario a été exposée par le président du Comité préparatoire, Khatri Adouh. Ce dernier a évoqué l’évolution de la question sahraouie, en se concentrant sur les visites des délégations étrangères dans les camps de réfugiés et les territoires libérés. Le Front Polisario a adressé ses salutations aux « délégations amies qui visitent les camps de réfugiés sahraouis et les territoires libérés », soulignant que ce geste de solidarité renouvelé « reflétait la détermination de continuer à soutenir le peuple sahraoui et sa juste cause, malgré toutes les circonstances et les difficultés ». Khatri Adouh, a réaffirmé « la volonté ferme de faire de ce rendez-vous un succès qui vise principalement à mobiliser tous les efforts pour parachever la souveraineté de l’état sahraoui sur l’ensemble de son territoire », soulignant l’importance exceptionnelle du Congrès en termes de « stratégie de lutte, aspect organisationnel et progrès dans la voie de l’octroi de la libération et de l’achèvement de la souveraineté ». Ce Congrès sera l’occasion « pour passer en revue toutes les options, notamment les moyens d’accélérer le plein exercice des droits du peuple sahraoui à la liberté et à l’indépendance », comme l’ont souligné de nombreux responsables sahraouis, dont le Premier ministre, Mohammed El-Ouali Akkeïk. Le Congrès se tiendra à Tifariti du 19 au 23 décembre, sous le slogan : « Une lutte acharnée, résistance et sacrifice, pour parachever la souveraineté de l’État sahraoui », et verra la participation d’environ 2 000 congressistes du Front Polisario , de délégations invitées étrangères et de nombreux journalistes. Par ailleurs, a Tokyo , un groupe parlementaire de solidarité avec le peuple sahraoui a été créé sous le nom « Association des députés japonais pour le Sahara occidental », dans le but de sensibiliser à la cause sahraouie dans ce pays nippon et faire connaître le combat du peuple sahraoui pour son autodétermination et son indépendance. Ce groupe est initié par trois parlementaires japonais, principalement M. Hiroshi Hase, ancien ministre de l’Éducation et organisateur en chef des Jeux olympiques de Tokyo 2020, qui est également le secrétaire général adjoint du Parti libéral démocrate au pouvoir, M. Hiroyuki Yoshiie, ancien vice-président, ministre de l’Éducation et vice – ministre de la Justice (Parti libéral démocrate) et M. Mito Kakizawa, indépendant membre du Congrès, qui a visité les camps de réfugiés en janvier 2015. La réunion, qui s’est tenue dans la salle des parlementaires à Tokyo, a vu la participation de 10 députés de différents partis et 6 officiers représentant le ministère japonais des Affaires étrangères, qui ont assisté en tant qu’observateurs, principalement le directeur de la première section de l’Afrique, le vice-directeur de la première section de l’Afrique, chef de la coopération humanitaire internationale, vice-président en chef de l’IHC, directeur en chef de la première section du Moyen-Orient et examinateur en chef du Moyen-Orient, spécialement au Maghreb. Au cours des discussions qui ont marqué l’événement, le président de « l’Association des députés japonais pour le Sahara occidental », M. Hiroshi Hase, a interrogé les représentants du ministère japonais des Affaires étrangères sur les relations du Japon avec le gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Chose surprenante, souligne l’agence de presse sahraouie SPS, les responsables du ministère ont reconnu qu’ils obtenaient en effet toutes les informations sur le conflit sahraoui des autorités d’occupation marocaines, ce qui a été jugé très inapproprié par les parlementaires japonais. à la fin de l’événement, ce groupe parlementaire et l’association des journalistes japonais pour le Sahara occidental, représentée par Hirata Itsuku, espéraient voir le peuple du Sahara occidental jouir de son droit à l’autodétermination, tout en exprimant leur engagement à travailler au Japon pour faire connaître ce dernier cas de décolonisation en Afrique. En Juin dernier, une association de solidarité avec le peuple sahraoui a été créée à Tokyo. Composée d’universitaires, de journalistes et de membres d’ONG, l’Association des amis du peuple sahraoui a pour objectif de « dénoncer la situation détériorée des droits de l’Homme dans les territoires occupés du Sahara occidental ainsi que le pillage de ses richesses par l’occupant marocain ». L’association tente, à travers ses activités politiques au Japon, d’obtenir l’appui du gouvernement nippon dans le but de trouver une solution juste et définitive au conflit sahraoui.
M. Bendib