7.9 C
Alger
24 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
Spor

Les Verts au pays de la «Samba» avec un moral gonflé à bloc

La sélection algérienne s’envolera ce soir en direction du Brésil pour entamer la grande aventure mondialiste avec un moral gonflé à bloc après la bonne tournure, qu’a connue son stage de Suisse, qui a été bouclée jeudi et marquée par deux victoires en amical contre l’Arménie et la Roumanie. Pour leur dernier match justement face aux Roumains, un test qualifié de celui de vérité, les Verts se sont imposés 2 à 1 avec une équipe complètement remaniée par rapport à celle alignée face à l’Arménie. Une équipe qui se rapproche fortement du 11 type et avec un schéma tactique un peu plus traditionnel. Une petite surprise tout de même au coup d’envoi : la titularisation de Soudani en pointe à la place de Slimani .
À l’occasion, l’attaque algérienne a inscrit deux buts (Bentaleb et Soudani) mais l’addition aurait pu être plus lourde pour les Roumains si quelques uns de nos attaquants ne s’étaient pas distingués par des ratés incroyables. On pense notamment au face à face de Slimani en fin de match qui se loupe complètement. Mis à part ces quelques ratés l’attaque est un domaine qui donne toujours entière satisfaction au sélectionneur algérien Vahid Halilhodzic avec des attaquants efficaces et qui se procurent de belles occasions. Le jeu algérien n’est jamais aussi meilleur que lorsqu’il est offensif

La défense, le maillon faible
S’il y a quelque chose à ressortir de ce match, c’est la non coordination de la défense. Le but Roumain est d’ailleurs parti de la droite avec un Mostefa complètement pris de vitesse. Rappelons, à sa décharge qu’il ne jouait pas à son poste habituel. Cependant à quelques jours seulement d’affronter une équipe telle que la Belgique pour la Coupe du monde, il devient impératif de stabiliser cette défense et de créer plus d’automatismes entre elle. À propos justement des faiblesses constatées au niveau de l’arrière-garde algérienne, le défenseur central et capitaine d’équipe, Madjid Bougherra, a son explication :«On n’a pas souvent joué avec les mêmes joueurs dans l’axe central, alors qu’il s’agit d’un compartiment sensible. Moi par exemple, j’étais associé à chaque fois à un joueur, et cela n’aide pas bien sûr à consolider la cohésion. Dans ce match contre la Roumanie, nous avons trouvé, Cadamuro et moi des difficultés pour trouver nos repères, mais en deuxième mi-temps, tout a bien fonctionné entre nous deux et la charnière centrale est devenue plus compacte. C’est vous dire, que les automatismes se travaillent avec le temps». Le plus ancien joueur des Verts a évoqué aussi un autre facteur, à savoir la fatigue : «N’oubliez pas aussi que nous avons travaillé dur depuis le début du stage de Sidi Moussa et c’est tout à fait normal alors que l’on sente une certaine fatigue qui ne nous a pas aidé à évoluer avec notre vrai niveau. Mais je peux vous assurer que tout ce travail physique va nous permettre d’arriver au Mondial avec une meilleure fraicheur physique», a-t-il rassuré.
Hakim S.

Related posts

Ligue 2 (22e journée) : Le choc OM-RCA en tête d’affiche

courrier

Brésil : C’est la même chanson

courrier

Championnat de Ligue 1 : Le coup d’envoi de la nouvelle saison fixé au 15 novembre

courrier

AMICAL : Algérie-Iran le 12 juin à Doha

courrier

Infrastructure : Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places

courrier

Championnat de France : Boulaya, Ferhat et Gouiri pètent la forme

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.