Tebboune-Niger

LES DEUX PAYS ONT CONVENU DE RENFORCER LA COOPÉRATION SÉCURITAIRE, ÉCONOMIQUE ET COMMERCIALE : L’Algérie ouvre sa frontière avec le Niger

Quatre longues années après avoir été bouclée en raison de la situation d’insécurité prévalant dans le Sahel, la frontière entre l’Algérie et le Niger s’ouvre à nouveau à la faveur d’une décision prise, hier, par les Présidents des deux pays voisins.

Au-delà d’ouvrir les perspectives d’un échange commercial beaucoup plus soutenu, cette mesure se veut un message à l’adresse de ceux qui veulent entrainer l’Algérie, le Niger y compris, dans la spirale de violence et d’insécurité au Sahel, résultat de l’ingérence étrangère à travers les forces militaires engagées dans la région. Ainsi, c’est le président Tebboune qui a, au terme notamment de l’accueil qu’il a réservé à son homologue et frère nigérien, Mohamed Bazoum, fait l’annonce à propos de l’ouverture de la voie terrestre entre l’Algérie et le voisin du Sud-Est. Lors d’un point de presse conjoint avec le chef d’État nigérien, le président Tebboune a d’abord loué, de ses remerciements témoignés à son convive, une visite « fraternelle » avant qu’elle ne soit d’ordre relationnel entre deux États voisins sur une base diplomatique d’intérêts communs.
C’est d’autant plus qu’elle est d’importance sur tous les plans, pour ne citer que la coopération sécuritaire, économique et commercial, que le président Bazoum a conduit une délégation de haut niveau.
En conférence de presse conjointe à la fin des échanges soutenus entre les deux chefs d’États, le président Tebboune a fait savoir que les deux pays avaient convenu de « l’ouverture de la frontière pour l’exportation des produits algériens vers le Niger et l’importation des produits nigériens » et de la nécessité de mettre en place une « politique claire » concernant les Nigériens travaillant en Algérie dans divers secteurs d’activité. Des résultats des entretiens préliminaires qui se sont déroulés au palais d’El Mouradia, le président de la République a fait savoir que les deux parties faisaient ressortir la « totale convergence » des deux pays sur l’ « ensemble des points évoqués par la partie nigérienne », notamment pour ce qui concerne le « renforcement de la coopération dans tous les domaines, notamment l’hydraulique, le pétrole et les échanges commerciaux ». Pas que, sur le plan sécuritaire également, les deux pays ont accordé leurs violons sur la coopération dans ce domaine et dont le président Tebboune a relevé un « total accord » entre les deux parties.
Farid Guellil