LE CAS DE L’AFFAIRE DU MINEUR SAÏD CHETOUANE : L’État s’attaque aux organisations subversives et leurs parrains

Les déclarations du procureur de la République concernant l’affaire de la vidéo du mineur Saïd Chetouane, apportent la preuve de la collusion du mouvement Rachad avec le Maroc dans une tentative de déstabilisation du pays et ses institutions. en effet, les révélations du représentant du ministère public dans cette affaire montrent à quel point l’organisation islamiste, pour arriver à ses fins, est prête à tous les coups tordus, en recourant au mensonge à la manipulation et aux fake news. C’est une véritable entreprise terroriste qui visait à dévoyer le Hirak et le pousser dans la violence en jouant sur les sentiments de la jeunesse algérienne. Les cinq suspects interpellés étaient en lien avec un « gourou », en fuite, Louail Sadek, qui est connu pour un être un membre de Rachad qui est en lien avec le Makhzen marocain et les services secrets de ce pays. La mise à nu du plan échafaudé par cette organisation a montré que ses relais usent de toutes les recettes de la manipulation des faits, le mensonge et la désinformation pour parvenir à leurs fins. Ce qui intéresse cette organisation, formée en majorité de résidus du parti islamiste, le FIS dissous, ce n’est point le bien être de l’Algérien, tout comme ce n’est point l’ancrage du pays dans une dynamique de changement démocratique. Ils veulent le pouvoir pour installer un État théocratique dont l’indépendance ne sera que de façade puisqu’il sera un élément du Grand Califat, dont les contours et les limites géographiques seront définies par des émirs du Golfe et de partisans de la résurrection de l’empire Ottoman. Par leurs manœuvres ils tentent d’affaiblir l’État en portant atteinte à ses institutions. Ils espèrent ainsi voir le pays, tomber comme un fruit mûr dans leurs mains. Leur plan, depuis la création de leur organisation est la réhabilitation du parti dissous qui a été à l’origine de bien de drames en Algérie. L’État et ses institutions qui sont en train de recouvrer une certaine notoriété sur le plan international mène une véritable offensive diplomatique pour faire barrage aux ennemis du pays et ceux qui veulent froisser son image. Les autorités qui sont en guerre sur plusieurs fronts ont montré que la paix du pays, sa sécurité et son indépendance ne sont pas négociables. Ils ont apporté la preuve que les choses ont changé depuis le départ de la Issaba.
Slimane B.