charfip3

L’ANIE A BESOIN D’UN DEMI-MILLION D’ENCADREURS LE JOUR DU VOTE : Charfi appelle les jeunes du Hirak à la rescousse

Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, a annoncé hier, que le nombre des nouveaux inscrits sur les listes électorales a dépassé les 120 000 personnes alors que le nombre des personnes radiées pour décès a atteint les 40 000.

Dans une conférence de presse, animée à l’occasion de l’installation de coordinateurs de l’ANIE au niveau des wilayas du centre du pays, Charfi a déclaré que l’ANIE qu’il dirige, a décompté jusqu’à samedi 128 mille nouveaux inscrits dans les listes électorales, affirmant que le délai des inscriptions et de révision des listes pour les présidentielles du 12 décembre vient d’être achevé et qu’il n’y aura pas de prolongation.
Par ailleurs, Charfi a appelé les jeunes, issus du Mouvement populaire et citoyens, à s’impliquer dans le processus électoral, à travers l’encadrement des bureaux de vote. « Les jeunes du Hirak sont appelés à participer aux opérations de surveillance et de dépouillement», lance-t-il, dans ce cadre l’ex-ministre de la Justice sous l’ex-président Bouteflika a indiqué que l’instance électorale qu’il conduit a besoin de 500 000 personnes pour prendre en charge l’opération d’encadrement le jour du scrutin.
Pour rappel, la révision des listes électorales s’est terminée, hier, en prévision de l’élection présidentielle prévue pour le 12 décembre. Ce processus a débuté le 22 septembre conformément aux dispositions de la loi organique sur le régime électoral. En effet, l’ANIE a appelé les jeunes de 18 ans, qui ne figurent pas sur la liste électorale, à s’y inscrire. Un message qui entend mobiliser cette frange importante de la société algérienne pour une participation «massive» aux élections du 12 décembre. Ainsi, les électeurs, qui ont changé de résidence, ont été invités pour leur part à s’adresser à la Commission avec leur nouvelle résidence pour le réenregistrement.
Autre chose qu’il faudrait souligner pour l’opération électorale, des élus, notamment des maires au niveau de plusieurs APC dans certaines wilayas ont totalement boycotté le processus, refusant la validation des imprimés de souscriptions des citoyens en faveur des candidats qu’ils comptent soutenir. Dans ce sillage, le responsable de la communication de l’ANIE a tenté de minimiser l’impact de cette campagne de boycott. Samedi passé, il a déclaré que ce phénomène a touché «uniquement certaines communes» sur un total de 1541.
Sarah Oubraham