7.9 C
Alger
24 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

La célébration du Maoulid Ennabaoui ne fait que commencer dans la Saoura, le Touat et le Gourara

Si les festivités du Maoulid Ennabaoui dans la Saoura durent 10 jours et se terminent le jour de la naissance du Prophète (QSSSL), dans le Touat et le Gourara, ces festivités atteignent l’apothéose le septième jour de sa naissance. Nulle part ailleurs le Maoulid Ennabaoui n’est fêté avec autant de ferveur qu’à Béni Abbès, la perle des oasis de la Saoura dans la wilaya de Béchar. L’association Ennouba et la Confédération nationale consultative du mouvement associatif ont concocté un programme qui s’étale sur plusieurs jours de festivité. À partir du 1er rabiâ el awal, commence la commémoration des 10 veillées par les chants panégyriques en l’honneur du Prophète (QSSL) notamment « La Mawlidia », « La Borda » et « El Hamzia » dans toutes les mosquées de la ville.Le 10ème jour de rabiâ el awal, est célébré le « Haybousse ». À 8 heures du matin, le patriarche de la famille Ouled Rahou procède au cérémonial de « Laâbar » qui consiste à peser les quantités de semoule que les femmes doivent rouler pour faire du couscous. Ces femmes après avoir fait leurs ablutions s’attellent à rouler le couscous tout en récitant des louanges du Prophète (QSSL). A la 10ème heure du même jour, Un chameau est égorgé près de la Zaouïa de Sidi Mohammed Ben Abdeslam, sa viande est destinée à préparer la « Selka » qui débutera juste après la prière du Dohr pour se terminer avant celle de l’Asr avec la clôture de la lecture du Livre Saint au niveau de la vieille mosquée. Le couscous garni de viande est servi à tous les présents après la prière du Maghreb. Le 11ème jour de rabiâ el awal, les descendants des Awlia Salihines parent les mausolées de leurs ancêtres pour la visite qu’effectueront les élèves des écoles coraniques en usant de « Nouba » et de « Trada » au cours de leur périple. Ils atteindront « lmasrya » après la prière de l’Asr pour assister à la lecture de la Fatiha par les notables. À la fin de la lecture, les salutations du Prophète (QSSL) fusent de partout pour annoncer l’ouverture officielle où entrent en parade les différentes formations folkloriques du Baroud et ce jusqu’à l’annonce de la prière du Maghreb.
Entre les prières du Maghreb et El Icha des conférences seront présentées par des professeurs et des chouyoukh. Après la prière d’El Icha, le visiteur aura le choix entre une veillée organisée par la Confédération nationale consultative du mouvement associatif, une visite de l’exposition organisée au niveau de l’hôtel « Le grand erg », la psalmodie du Coran, la circoncision des enfants en compagnie des Hénayates chargées de mettre du henné aux garçonnets à circoncire sous les airs de « Galal et Tizemmarine », la distribution des prix aux élèves ayant appris le Livre Saint. Ailleurs et plus exactement au niveau de la mosquée Ibn Badis, se tient une veillée consacrée aux panégyriques du Prophète (QSSL) à partir de une heure du matin jusqu’à l’annonce de la prière du Fajr.Le 12ème jour au matin commence la marche de « La trada » et le baroud par le trajet traditionnel de la fête d’entrée au vieux ksar en passant par les jardins pour arriver à « Sarout Souikate ». Cette longue procession voit défiler en file indienne tous les baroudeurs par l’allée surplombant la palmeraie de Béni Abbès en forme de scorpion vue de l’air. Les troupes rivalisent pendant tout ce temps à montrer leur savoir faire au maniement des fusils à poudre en battant la cadence sur le rythme du « Galal et Tizemmarine ». Le couscous est servi à profusion à tout le monde à partir de la matinée aux lieux-dits «E-Haybouss et Men ata». Les troupes du baroud et de la Trada seront accueillies par du lait et des dattes à leur arrivée à midi à Hay Chaâba. Là aussi seront honorés les nouveaux nés de l’année en cours. Ils sont appelés« Atfal el mezrak ». Du 12è e au 18e jour, différentes compétitions culturelles et sportives sont organisées. Il y a tout d’abord un tournoi de football inter-quartier pendant le jour et des veillées poétiques à caractères panégyriques le soir venu. Après la prière de l’ Asr du 18 e jour, toute la ville assiste aux prières et aux louanges du Prophète (QSSL) suivies de « Trada » et de baroud qui dureront au niveau de la place des Martyrs jusqu’au coucher du soleil.
Dans le Touat et le Gourara, les festivités atteignent l’apothéose le septième jour de la naissance du Prophète (QSSSL). La fête religieuse du S’bouâ constitue le plus grand événement culturel du Gourara commémorant avec une ferveur sans pareil le 7ème jour de la naissance du Prophète Mohammed (QSSSL) qui coïncide avec le 18ème jour de Rabiâ El Awal du calendrier hégirien soit exactement 7 jours après le Mawlid Ennabaoui qui se célèbre le 12 du même mois à Béni Abbes, Tabelbala et Kerzaz dans la vallée de la Saoura.
Dans le Touat, c’est à Ksar Bouâli, dans la daïra de Zaouiet Kounta que les festivités débutent avec une semaine d’avance sur le Gourara. Elles commencent dans le premier ksar puis passent au ksar suivant, l’effet boule de neige aidant, le nombre de participants s’accroît au fil des jours de festivité pour se terminer par un rassemblement seulement comparable à celui de la Ziara de Cheikh Moulay Abdallah Benaïssa Erragani qui se tient à Régane le 1er mai de chaque année. À Timimoun où la célébration du Mawlid Ennabaoui atteint son apothéose à travers tous les ksour du Gourara, les festivités débutent du 1er Rabiâ El Aouel au 18 par la lecture du Livre Saint, de Ward, de Hadra, de Tahlil et de joutes littéraires entre les poètes locaux. Les chorales et troupes musicales rivalisent en Inchad. À l’approche du Mawlid, les femmes du Gourara préparent « Melh Echeikh » qu’elles offrent aux lecteurs du Coran, aux proches et aux voisins. Ce sont des légumes secs torréfiés et mélangés aux cacahuètes et sucre. Le tout est broyé pour donner une poudre douce qu’on déguste à
l’ occasion du S’bouâ.Dans le Gourara, le S’bouâ constitue le plus grand événement culturel commémorant avec une ferveur sans pareil le 7ème jour de la naissance du Prophète Mohammed (QSSSL) qui coïncide avec le 18ème jour de Rabiâ El Awal du calendrier hégirien soit exactement 7 jours après le Mawlid Ennabaoui qui se célèbre le 12. À ce propos, Tittafi Mehdi, cadre de la direction de la culture et membre de l’association « Les amis de Timimoun » précisera dans un blog sur le site de son association que cet événement culturel majeur dans la vie des habitants du Gourara est symbolique à double titre.
Il s’agit d’une manifestation culturelle qui clôture toutes les grandes cérémonies organisées pour célébrer la naissance du Prophète qui commencent le jour du Mouloud à Timimoun au niveau de Lala Hidja, de Sidi Ahmed Ou Othmane en passant par Massine à Sidi Chérif et à Sidi Ahmed Ou Youcef pour se clôturer le 7ème jour (S’bouâ) à la grande Zaouia de Sid El hadj Belkacem. Il précise que cette fête religieuse est célébrée spécifiquement par de la Taïbiya, une confrérie religieuse dominante dans la région, dont les adeptes affluent de l’extrême-nord et de l’extrême-ouest du Gourara pour se rencontrer au sanctuaire qu’est la Zaouia de Sidi El hadj Belkacem dans un cérémonial mystique au rythme de la Hadra.Depuis plus d’une semaine, les habitants de l’Oasis rouge se livrent à un travail de fourmis. Les hommes s’affairent au nettoyage de la ville, les femmes roulent le couscous à servir aux « Zyars » venus de loin. Elles préparent aussi ce qui est appelé « Melh Echeikh » qu’elles offrent aux lecteurs du Coran, aux proches et aux voisins. Ce sont des légumes secs torréfiés et mélangés aux cacahuètes et sucre. Le tout est broyé pour donner une poudre douce qu’on déguste à l’ occasion du S’bouâ.
La Selka ou lecture complète du Coran débute après la prière du Maghrib pour se terminer par la Fatiha avant le Fadjr.Ce jour là, les hommes portent des gandouras d’un blanc immaculé et se couvrent le chef de Chèche, turban qui épargne de l’insolation, des poussières et fumées noires du baroud. Les femmes portent l’Izar dont elles rivalisent par les couleurs et motifs. Contrairement aux hommes qui se couvrent le visage à la touareg, les femmes laissent leurs visages découverts. Le k’hôl dessine à ravir leurs yeux de gazelles et le meswek, brou de noix, met en valeur leurs lèvres charnues. Les plus âgées s’enduisent tout simplement les mains avec du henné, les plus jeunes s’ingénient à se couvrir les paumes des mains et les pieds d’arabesques. Les accessoires les plus usités en pareilles fêtes sont incontestablement les lunettes de soleil. Hommes, femmes et enfants en portent non seulement pour bien paraître mais plutôt pour se protéger les yeux des rayons du soleil et des poussières que répandent les déflagrations des salves de baroud. Tout ce beau monde s’empresse d’aller vers le lieu-dit «Houfrat ouled Belkacem» un endroit situé dans la périphérie de la ville. C’est à cet endroit même que viendront se rencontrer les deux processions solennelles parties de l’extrême-nord et de l’extrême-sud du Gourara, il y a sept jours exactement. Des deux processions, celle qui arrive avant l’autre à planter son grand étendard à cet endroit est élue pour l’année en cours. Elle gardera le Senjak en trophée et devra le remettre en jeu le S’bouâ prochain. Les youyous des femmes saluant cet exploit donnent en même temps le coup d’envoi des exhibitions folkloriques. Pas de quartier, toutes les troupes des ksour passent. Les danseurs rivalisent en prouesses, costumes et tirs simultanés. Malheur à celui qui appuie sur la gâchette avant les autres. Il ne fera plus partie de la troupe lors des exhibitions prochaines. Les danseurs louent le Prophète Mohammed (QSSL) et les Khoulafa Er rachidine. Ils débutent le plus souvent par « Ya aâchekin Ennebi salou âlih… ». La sortie des Tabals et Tizemmarin de l’intérieur du cercle annonce la fin prochaine de l’exhibition de la troupe. Les danseurs, un doigt sur la gâchette, pointent les canons des fusils vers le bas, l’œil guettant le signal du chef de la troupe. Les souffles se coupent. Les spectateurs moins hardis se bouchent les oreilles des doigts. Soudain, un boum assourdissant s’échappe des gueules des armes. La fumée du baroud mêlée de poussière couvre les danseurs. L’odeur âcre du baroud agace les narines non protégées de chèche. Des youyous fusent de partout. Les danseurs enivrés par cette approbation de la gente féminine sortent en file indienne du centre de « Houfrat oulad Balgacem ». La troupe d’un autre ksar lui succède. Le spectacle ne s’arrête que le temps de servir le repas constitué de melfouf précédant le couscous garni de viande, de pois chiches, de lentilles et de « talédaght », un petit haricot local très savoureux. Trois verres d’un thé fort et presque amer viennent clôturer le déjeuner. C’est le moment que choisissent les fumeurs pour griller une cigarette en sirotant le thé. Il est de tradition de féliciter l’homme qui fait office de préparer le thé. Cette tâche n’est pas confiée à n’importe qui. Seul un grand connaisseur s’en charge. La reprise des spectacles est annoncée par l’entrée d’une troupe à laquelle succéderont tant d’autres jusqu’à une heure tardive de la nuit. Certains visiteurs reprennent le chemin du retour, d’autres rentrent dans leurs chambres d’hôtel ou chez leurs hôtes.
Messaoud Ahmed

Related posts

260 milliards USD consacrés à l’investissement le quinquennat : le Patronat se frotte les mains

courrier

LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE REPOSE SUR L’AUTOSUFFISANCE EN CÉRÉALES La production passera au plein régime

courrier

Le président du COA, Mustapha Berraf, au « Forum du Courrier d’Algérie » : «La violence a touché tous les sports»

courrier

GAïD SALAH INSISTE SUR LES PRÉSIDENTIELLES : «La situation ne peut tolérer plus de retard»

courrier

VIGNETTE AUTOMOBILE : La période d’acquittement fixée du 1er au 31 mars prochains

courrier

ILS REJETTENT LES ACCUSATIONS ET PLAIDENT L’INNOCENCE : Le sort des frères Kouninef connu le 23 septembre

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.