Cheikh Bendehiba

Doyen de la chanson bédoui : Cheikh Bendehiba «Bouguirati» n’est plus

Le doyen de la chanson bédouie, Cheikh Bendehiba Tekouk, plus connu par son nom artistique «Bouguirati» est décédé, jeudi, à l’âge de 78 ans, des suites d’une longue maladie qui l’avait cloué au lit durant 6 mois, a-t-on appris vendredi, de sa famille. Cheikh Tekouk est né le 24 mai 1942 à Bouguirat, au sud de Mostaganem, dans un environnement artistique aimant la poésie et la chanson bédouine, ce qui l’a aidé à affiner son talent inimitable, apprenant par cœur les poèmes et réunissant le patrimoine de la chanson bédouine dans les différents genres de la région oranaise. Le défunt a rejoint un groupe de chanson du théâtre, puis un groupe musical moderne et a eu une première apparition comme chanteur en 1964, avant de choisir la chanson bédouine authentique en 1969, influencé par son père qui était artiste du chant bédoui connu dans la région des «Medjaher».
Cheikh Tekouk a été l’élève de «Cheikh Djillali Aïn Tédeles» (1928-1995), qui lui a transmis beaucoup de talent et de savoir-faire artistique, avant de commencer l’enregistrement de chansons bédouines à la radio d’Oran en 1975, dont la chanson «El-Ghomri» du poète «Mostefa Ben Brahim» (1800-1867) et «Qisat Mazaghrane maâlouma» (l’histoire de Mazagran est connu) du poète Lakhdar Bakhlouf (16ème siècle).
Il a également enregistré plusieurs chansons sur des disques vinyles, dont «loukane bhar ja yahdar wi âwed lakhbar», «Magwa Lâachek», «Elhwa rouhi w rahti» et «haj rabie», entre autres poèmes dans lesquels il s’est surpassé dans l’écriture du texte, de la musique et l’interprétation et a enregistré quelques unes à la télévision, notamment «aji nzour Elbadia».
Le défunt a également participé comme comédien dans la série «Keltoum» du réalisateur Mohamed Houidek et a été un véritable ambassadeur de la chanson oranaise dans la manifestation «l’année de l’Algérie en France» et a longtemps travaillé comme producteur de la radio à la station régionale (Oran, Mostaganem et Relizane).
Il a su réaliser un mélange entre la chanson bédouine et le patrimoine oral comme les proverbes et les devinettes populaires et a présenté plusieurs programmes visant la préservation de cet patrimoine immatériel. Les obsèques du défunt Cheikh Bouguirati sont organisés, après la prière du vendredi dans sa région natale au cimetière de «kitchoua» dans la commune de Bouguirat, au sud de la ville de Mostaganem.