Les Verts

Devenus l’équipe à battre : Le spectre de l’arbitrage plane sur les Verts

A présent que notre équipe nationale de football a atteint le sommet du football africain avec à la clé un trophée de coupe d’Afrique des nations et un record continental en matière d’invincibilité (27 matches et la série continue), c’est tout naturellement qu’elle devienne l’équipe à battre par tous ses adversaires du continent qui cherchent à la renverser. Une ambition somme toute logique qui ne nous fait pas peur. Mais les inquiétudes que tout le monde dans le camp des Verts commence à nourrir sont liées aux méthodes antisportives auxquelles pourraient recourir ces adversaires, en premier lieu l’arbitrage Le spectre de l’arbitrage commence ainsi à planer, un paramètre contre lequel le sélectionneur national Djamel Belmadi n’a cessé de mettre en garde. Les inquiétudes à son sujet se sont d’ailleurs accrues lors du dernier match amical des Fennecs contre la Tunisie, où l’arbitre égyptien de la rencontre a délivré sept cartons jaunes et un rouge exagéré contre Adlane Guedioura dans un match caractérisé pourtant par un fair-play total entre deux sélections voisines et des joueurs qui entretiennent de très bons rapports en dehors des terrains de football. Mais l’arbitre a confirmé pour l’occasion qu’il peut influer négativement sur le moral de nos joueurs et les sortir du match en leur faisant perdre leur concentration. Et vous pouvez imaginer si une telle attitude injuste venait de se produire de la part de l’arbitre dans un match de barrage qualificatif à la Coupe du monde. En fait, il existe de nombreuses façons et astuces de manipulation, notamment dans un match important, l’expulsion de la vedette de l’équipe nationale, Riyad Mahrez par exemple. Et même dans les matchs de qualification, par exemple, cibler des joueurs précis en leur infligeant des avertissements pour les accumuler conduisant à leur suspension automatique pour rater un match décisif.
Du coup, le fait de recevoir lors des barrages retour risque de ne pas devenir aussi un avantage lorsque le referee venait d’accomplir sa sale besogne en vous privant de vos meilleurs atouts.
Il est clair que la qualification pour la Coupe du monde est le grand objectif de notre équipe nationale, et avant cela, défendre son titre continental au Cameroun. Mais le spectre de l’arbitrage fait vraiment peur, et d’ici là, un grand travail attend le président de la fédération algérienne, Charef-Eddine Amara, pour prouver sa valeur, assumer ses responsabilités et tisser les relations nécessaires pour protéger notre équipe de l’injustice de l’arbitrage. Pour le reste, tout le monde est persuadé que la bande à Belmadi n’a rien à craindre, car le niveau technique qu’elle a atteint lui permet de postuler facilement à conserver son titre africain et aussi se qualifier pour la Coupe du monde du Qatar 2022, mais seulement si elle serait épargnée des jeux de coulisses. Ce qui s’était arrivé aux Verts à Lusaka en mars dernier lors de l’avant dernière journée des éliminatoires de la CAN, est toujours vivace dans les esprits. La sonnette d’alarme est tirée.

Hakim S.