Sit in UGTA Rouiba

DES CENTAINES DE TRAVAILLEURS MOBILISÉS DEVANT LE SIÈGE DE L’UNION LOCALE UGTA À ROUIBA : L’appel au départ de Sidi Saïd réaffirmé

Contestant contre la détérioration de leurs conditions de travail, des centaines de travailleurs de la zone industrielle de Rouiba et Réghaïa se sont rassemblés, hier matin, devant le siège de l’Union locale UGTA à Rouiba à Alger, pour réclamer leurs droits, mais surtout pour insister sur le départ du secrétaire général de l’UGTA, Sidi Saïd.

Cette rencontre a regroupé les représentants de plusieurs unions de wilaya d’Alger, de la Fédération des travailleurs de la mécanique (FNTMMEE), de l’Union locale de Rouiba, des travailleurs de la SNVI, des membres de la Commission exécutive nationale (CEN) ainsi que des syndicalistes.
Les travailleurs furieux et qui ont répondu à l’appel pour assister à ce sit-in, scandaient des slogans habituels, mais les plus hostiles, notamment : « Echaâb yourid yetnahaw gaâ » (Le peuple veut qu’ils partent tous), « Had echaâb la yourid UGTA de Sidi Saïd » (Ce peuple ne veut pas l’UGTA de Sidi Saïd), « Klitou lebled ya esseraquine » (Vous avez pillé le pays, bande de voleurs), « Ya lil âar ! Ya lil âar ! Naqaba bila qarar ! » (Quelle honte ! Syndicat sans décision)…  » Le mouvement d’aujourd’hui, n’est pas différent de celui du 1er mai dernier, devant la maison du peuple. Notre objectif est de montrer, une nouvelle fois, le rejet par les travailleurs de Rouiba-Réghaïa de la ligne anti-populaire et anti-travailleurs de la centrale syndicale de l’UGTA et leur adhésion à la mise en place du « comité national de réappropriation de l’UGTA par les travailleurs », nous a confié Salim, membre du syndicat des travailleurs de la SNVI. Tout en ajoutant que « ces travailleurs en colère protestent contre la détérioration de leurs  conditions de travail dans les entreprises et sociétés situées dans cette zone industrielle par excellence. La SNVI est la seule usine en Afrique qui active dans la manufacture depuis les années 60. Malheureusement les responsables veulent la couler à tout prix avec l’appui du traître SG de L’UGTA. Tant que les travailleurs sont unifiés, personne ne touchera la SNVI », dira notre interlocuteur, au milieu des applaudissements de ces collègues.

Les syndicalistes rejettent le congrès prévu les 21 et 22 juin
Le SG de l’union locale UGTA de Rouiba, Mokdad, s’est exprimé quant à lui, sur ce mouvement de protestation, il dira que  » ce rassemblement entre dans le cadre de l’application du programme initié par la commission locale de Rouiba ainsi que de Béjaïa, Tizi-Ouzou, Tlemcen, Saïda et la fédération des travailleurs de la mécanique. On s’est réuni pour dénoncer les dépassements gravissimes de la centrale syndicale qui est en train de préparer un congrès illégitime et illégal. Nous les travailleurs et les syndicalistes revendiquons une commission  composée par des travailleurs afin de préparer le congrès. »

Les travailleurs dénoncent des «agissements» de la hiérarchie
Durant ce rassemblement, les travailleurs et les syndicalistes ont dénoncé les agissements de leurs responsables, notamment la transgression des administrations de la loi portant sur le droit syndical et la loi régissant les relations de travail. Le non-respect de ces lois a induit le licenciement abusif de centaines de travailleurs. Les protestataires représentant environ quatre vingt entreprises ont menacé d’organiser une marche en direction du ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail. Un important dispositif des brigades antiémeutes a été déployé pour parer à toute éventualité.
Med Wali