Contrôle

COMMERCE : Après la grève, place au dialogue

Après avoir mené deux fois des grèves de deux jours puis quatre jours et menaçant d’entamer une troisième action illimitée, les agents de contrôle commercial et de lutte contre la fraude vont enfin rencontrer le premier responsable du secteur, Kamel Rezig, pour discuter ouvertement et d’une manière transparente sur leurs préoccupations. En effet, le ministre du Commerce reçoit, aujourd’hui, les représentants du Syndicat national des travailleurs du ministère du Commerce (SNTC), après avoir soulevé une plateforme de revendications socioprofessionnelles, tout en organisant des grèves, le premier débrayage de deux jours, a été observé les 3 et 4 janvier dernier, un deuxième, de quatre jours, entamé dimanche dernier, et qui a pris fin le 13 janvier. Lors de ce dernier, les grévistes ont menacé la tutelle d’une grève illimitée. Commentant sur ces fait, le ministère a estimé le taux de suivi de la seconde phase de la grève des personnels du secteur du Commerce à laquelle ont appelé l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) du 10 au 13 janvier n’a pas dépassé les 50% au niveau national. Contrairement au estimation du secrétaire général du Syndicat national des travailleurs du secteur du commerce (SNTC), Ahmed Allali, où il a considéré que le taux de suivi de la grève de cette seconde semaine a été « plus important » que la précédente, dépassant les 87% pour atteindre les 100% dans certaines directions, directions régionales et autres inspections frontalières. Par ailleurs le ministère du Commerce a indiqué, dans un communiqué de presse, avoir répondu à la « majorité » des revendications et qu’il ne reste que certains points qui « dépassent sa compétence », à l’instar de la question du statut ou de l’amélioration des revenus du Fonds de revenu complémentaires « FRC ». S’agissant de l’attribution de la « prime Covid », une des revendications, elle est du ressort du président de la République, a fait savoir, à l’APS, M. Meftah responsable au ministère du Commerce, en soulignant en outre que «  la tutelle a toujours défendu son personnel ». Pour rappel, les agents de contrôle demandent une révision du statut particulier censé permettre une revalorisation salariale en adéquation avec les autres corps similaires. Ils réclament également leur part des revenus du Centre national du registre du commerce (CNRC) ainsi que l’ouverture de postes budgétaires pour les travailleurs qui ont eu des diplômes au cours de leur période de travail, ainsi que le rééchelonnement des fonctionnaires ayant plus de 10 ans d’expérience. Les grévistes réclament également la révision du décret exécutif 205/11 portant régime indemnitaire des corps spécifiques du secteur du Commerce. Le syndicat exige, de la tutelle, d’effectuer des réformes sur les lois en vigueur relatives au contrôle des activités commerciales notamment la protection du consommateur et la répression de la fraude.
Sarah O.