7.9 C
Alger
24 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
RÉGIONS

Chlef : l’année 2015 sera-t-elle celle de la fin des constructions anarchiques ?

Apparemment, oui, si on se réfère aux dernières instructions de M. Aboubakr Essedik Boucetta, Wali de Chlef destinées aux présidents des 35 APC et aux 13 chefs de daïra les invitant de prendre toutes les mesures dans les plus brefs délais pour procéder à la démolition de toute construction dont le propriétaire ne détient pas un acte de propriété et un permis de construire. Il faut dire que le phénomène a pris une telle ampleur au point que des quartiers entiers ont vu le jour dans l’indifférence totale des élus, notamment au cours de la décennie noire où de nombreux citoyens fuyant les hordes sauvages des terroristes ont quitté leurs habitations dans les zones rurales pour investir les périphéries des grands centres urbains mieux sécurisés .Mais il y a également de somptueuses villas qui se construisent jusqu’à ce jour malgré quelques timides interventions des élus locaux pour contenir le phénomène. A titre d’exemple, sur les 290 arrêtés de démolition de constructions illicites au niveau des communes de Chettia et Chlef qui attendent toujours leurs exécutions, on note seulement 5% qui ont été réellement exécutés. Quelquefois de peur de « créer » des émeutes en procédant à la démolition de ces constructions, les élus locaux  temporisent en « fermant les yeux » en attendant de voir plus clair. Quelquefois ce sont les élus eux mêmes qui transgressent la loi et profitent de leur statut d’élu au niveau de l’APC pour régulariser leur situation. L’exemple édifiant est peut-être celui de l’actuel maire de la ville de Chlef qui a déclaré à ses détracteurs qui voulaient l’évincer de son poste « je ne peux admettre qu’on ferme les yeux alors que certains continuent de construire anarchiquement, histoire de népotisme et de favoritisme ». Autre exemple celui de l’APC de Ténès où l’ex-maire de cette ville voulant s’opposer à la régularisation d’une somptueuse villa d’un proche parent d’un élu a été victime d’une conspiration et a dû rendre le tablier. L’élu en question est aujourd’hui le maire de cette ville. Par ailleurs, ce genre de constructions anarchiques n’est pas sans conséquences sur l’urbanisation des villes et villages. En effet il est fréquent de voir des habitants de ces bidonvilles réclamer l’eau, le gaz, la route, l’électricité, l’éclairage, l’école, le centre de soins etc. Alors qu’on peut voir au niveau de certains quartiers des ruelles se terminant en cul-de-sac, à défaut d’un plan d’urbanisme établi par les services techniques compétents.

Bencherki Otsmane

Related posts

Abdelkader Benmessaoud, ministre du tourisme et de l’artisanat à Tlemcen : «Une wilaya touristique de dimension internationale par excellence»

courrier

Violences dans les campus : l’université Mouloud-Mammeri en effervescence

courrier

Boumerdès : Déstockage de près de 1 400 tonnes de pomme de terre

courrier

Chlef : commémoration du 56e anniversaire de la Bataille de Zébabdja

courrier

Campagne de pêche au thon rouge de Tipasa : Participation de huit thoniers

courrier

Incendies de forêts : Des pertes «records» dans le couvert végétal de la wilaya de Chlef

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.