Taxi

AIDES ET INDEMNITÉS COVID-19 : 3 000 taxieurs algérois n’ « ont rien touché »

Selon la Coordination des chauffeurs de taxis de la wilaya d’Alger (CCTWA), 3000 taxieurs algérois n’ont pas encore touché l’aide de 10 000 DA instituée par le président de la République le mois de Ramadhan dernier. Dénonçant les retards accumulés, le syndicat a adressé un écrit à la wilaya d’Alger pour demander des explications et prévenir contre le « bouillonnement et la colère des chauffeurs qui commencent à s’impatienter ». Dix mois après l’instauration de cette aide, destinée pour les travailleurs dont l’activité a été impactée ou mise à l’arrêt à cause de la Covid-19, les taxieurs se battent toujours pour faire valoir leurs droits et recevoir leurs indemnités. « On est en retard de presque une année depuis l’instauration de cette indemnité. Elle a été décidée en urgence par le président de la République dès le Ramadhan dernier et voilà que le prochain Ramadhan c’est dans 3 mois. On bouclera bientôt une année et on n’a pas encore bénéficié de cette indemnité de 3 millions, (10 000 DA sur 3 mois) », s’agace Sid-Ali Aït L’hocine, secrétaire générale de la CCTWA, affiliée à l’UGTA. « J’ai été voir le directeur des transports, mais j’ai reçu une réponse verbale et non pas écrite m’informant que les dossiers des bénéficiaires étaient ficelés et saisis et que le blocage se situe au niveau de la wilaya (le Trésor) », a-t-il poursuivi. Selon la CCTWA, une situation de confusion et de tension s’est créée auprès des taxieurs du fait que certains ont bénéficié des aides de 10 000 DA et des indemnités qui ont suivi de 30 000 DA/sur 3 mois, alors que d’autres n’ont rien touché. « On a tenté de sensibiliser et de rationaliser les gens, mais les choses commencent à nous dépasser en tant que syndicat », prévient-il, soutenant que le choix d’aller vers une action de protestation se profile dans l’avenir. « J’ai fait un écrit au wali d’Alger (…). Si nous n’obtenons pas de réponse, le choix d’aller à un sit-in de protestation n’est pas à écarter. Un choix fortement appuyé par les taxieurs qui demandent à durcir le ton pour faire entendre nos revendications en allant protester devant le siège de la wilaya », indique-t-il. Leurs revendications : lever le gel sur l’octroi de l’aide de 10 000 DA, car, selon ce syndicat, le processus est en arrêt depuis quatre mois, malgré que tous les dossiers ont été remplis et remis avant le 25 août 2020, date limite de dépôt des dossiers pour en bénéficier.
Hamid Mecheri