Logements

800 000 UNITÉS SONT INOCCUPÉES OU INDUMENT OCCUPÉES : La récupération des logements règlera-t-elle la crise ?

Au moment où la demande sur le logement se poursuit, le pays compte aujourd’hui 800.000 logements publics locatifs inoccupés, ou occupé par d’autres personnes que les bénéficiaires initiaux.

De ce fait, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri a affirmé que ses services veillent à effectuer des constats périodiques pour vérifier l’occupation des logements publics locatifs (logements sociaux), sur la base desquelles des mesures seront prises auprès des instances judiciaires. Cependant, le ministre a reconnu jeudi à l’APN qu’il était difficile d’avoir une preuve juridique, étant donné que le locataire peut présenter à chaque fois une attestation certifiant son occupation du logement pour une période de six mois consécutifs, comme prévu par la loi. « À travers ces opérations, il a été constaté que ces logements étaient inoccupés ou occupés par d’autres personnes que les bénéficiaires initiaux. Pour résoudre ce problème, un décret permettant de régulariser la situation de ces logements occupés par d’autres personnes que les bénéficiaires initiaux, selon des conditions bien définies, a été promulgué » annonce le premier responsable du secteur de l’habitat. En outre, les conditions de distribution, en toute équité et transparence, des logements seront révisées dans le cadre de la révision du décret exécutif 142/08 fixant les conditions d’octroi des logements publics locatifs, ce qui permettra de mettre fin à ce phénomène.

40 000 souscripteurs AADL choisiront bientôt leurs sites
Concernant le programme AADL, Nasri a annoncé le lancement dans les prochains jours d’une nouvelle opération de choix des sites au profit de quelque 40 000 souscripteurs au programme location-vente « AADL » au niveau national, dont 20 000 à Alger, expliquant que cette opération intervient après que l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL) ait pu obtenir de nouvelles assiettes pour parachever son programme de logement. Le même responsable a déclaré que d’autres opérations de choix des sites seront programmées en fonction de la disponibilité du foncier. Les opérations de choix des sites se font via le site web de l’AADL pour les souscripteurs ayant versé la première tranche. Pour les décisions d’affectation, il a précisé que la règlementation en vigueur se base, dans la définition des sites, sur le classement chronologique des inscriptions au programme location-vente ; cependant, il est possible de transgresser cette règle et de se référer au lieu de résidence actuel, à travers des solutions consensuelles entre les concernés qui doivent s’organiser en associations des représentants des souscripteurs. Le ministre a donné des instructions à l’Agence AADL pour être à l’écoute des préoccupations et problèmes des souscripteurs qui sont affectés dans des régions éloignées de leur lieu de résidence et de procéder à leur résolution, à l’amiable, avec les associations des représentants des souscripteurs, en vue de satisfaire toutes les parties. Pour ce qui est de la remise des attestations d’affectation, entamée mi-juin courant, Nasri a affirmé qu’elle se poursuivait normalement en dépit de l’enregistrement de plusieurs réserves par les souscripteurs concernés. Il a fait état dans ce cadre de fermes instructions données à l’Agence AADL quant au traitement de ces réserves pour un meilleur déroulement de l’opération.

116 000 constructions inachevées
Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri, a annoncé jeudi à Alger que les préparatifs étaient en cours pour la relance de l’inspection des façades inachevées des constructions sises aux grands axes et aux accès des villes et des agglomérations ainsi qu’au niveau des espaces publics déclarés sites prioritaires. Faisant état de 116.000 constructions inachevées ou en cours de réalisation au titre de l’opération précédente, lesquelles sont situées au niveau des entrées des villes, des agglomérations, des axes principaux et des structures publiques, à travers tout le territoire national. Concernant la régularisation des constructions le ministre a fait savoir que le taux d’étude des dossiers a atteint 76% jusqu’à la fin du premier trimestre 2020 sur le total des dossiers déposés au niveau national, tandis que 53% des dossiers ont été acceptés pour régularisation.

Relance des chantiers à l’arrêt
S’agissant de la relance des travaux au niveau des différents chantiers, le ministre a mis l’accent sur l’impératif du respect des mesures de prévention contre la Covid-19, pour pouvoir, a-t-il dit, « relever ce défi et rattraper le grand retard causé par un arrêt des projets pour plusieurs mois ». « J’appelle les travailleurs du secteur et l’ensemble des Algériens au respect des mesures préventives, devenues désormais plus que nécessaires. Nous devons nous unir contre la propagation du virus afin de pouvoir relancer les projets à l’arrêt et lancer de nouveaux projets au profit du citoyen qui est conscient que l’habitat figure au cœur des préoccupations de son gouvernement », a affirmé le ministre. Assurant que les entreprises tiennent à rattraper le retard accusé durant le confinement, le ministre a affirmé que les services du ministère étaient mobilisés sur le terrain, mais la réalisation de cet objectif reste tributaire du respect des mesures de prévention.
Sarah Oubraham

LOGEMENTS DE FONCTION POUR MÉDECINS SPÉCIALISTES ATTRIBUÉS À DES INTRUS
Benbouzid rejette la responsabilité sur les walis
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a affirmé, jeudi à Alger, que le règlement des logements de fonction destinés en principe aux médecins spécialistes, mais attribués à des fonctionnaires hors secteur, relève des walis, s’engageant néanmoins à régler le problème prochainement. Par ailleurs, s’exprimant lors d’une plénière à l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales, Benbouzid a indiqué que le dégel des projets du secteur a été décidé en fonction des priorités de chaque région. « Des projets du secteur de la Santé avaient été gelés dans nombre de wilayas par manque de ressources financières, mais le gouvernement a décidé, au vu des besoins des populations, de lever leur gel en fonction des priorités», a-t-il précisé. Il a également fait savoir que les habitants de certaines daïras bénéficieront prochainement de services médicaux spécialisés, promettant la mise en place d’une nouvelle carte sanitaire permettant de traiter les accumulations dont souffrent le secteur et les anomalies entravant son développement.
Sarah O.