9.9 C
Alger
1 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
Culture+

24E FESPACO : quatre films algériens en compétition

Des œuvres cinématographiques algériennes seront en lice pour l’Etalon d’Or de Yennenga lors du 24e Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco), qui se tiendra à Ouagadougou (Burkina Faso) du 28 février au 4 mars prochain, a-t-on appris sur le site Internet du festival. Deux longs métrages de fiction, un court métrage et un film documentaire algériens ont été retenus en compétition officielle de ce 24e Fespaco. «Fadhma N’soumer», de Belkacem Hadjadj, et «J’ai 50 ans», de Djamel Azizi, seront en compétition officielle du festival dans la catégorie long métrage dans laquelle 20 films de réalisateurs africains ont été retenus. Ces deux films seront en compétition avec des œuvres comme «Printemps tunisien» de la Tunisienne Raja Amari, «Timbuktu» du Mauritanien Abderrahmane Sissako, «C’est eux les chiens» du Marocain Hicham Lasri, ou encore «Avant le printemps» du cinéaste égyptien Ahmed Atef. Dédié au parcours révolutionnaire d’héroïnes de la Guerre de Libération naltionale oubliées, «10 949 femmes» de l’Algérienne Nassima Guessoum sera en compétition avec «Devoir de mémoire» du Malien Mamadou Cissé et «Momsarew» (Le pari de l’indépendance) du Sénégalais Alassane Diagne dans la catégorie documentaire. Dans la catégorie court métrage de fiction, «Dernier recours» de Mahi Bena sera en lice pour l’Etalon d’Or de Yennenga, de même que «Zakaria» de la Tunisienne Leyla Bouzid, «L’alliance» de la Nigérienne Rahmatou Keita, «La boucle» du Réunionnais Didier Cheneau ou encore «Twaaga» du Burkinabé Cédric Ido. Le Fespaco compte également deux autres catégories en sélection officielle, «Film des écoles africaines de cinéma» et «Séries télévisuelles» où les Algériens sont absents depuis plusieurs éditions maintenant. Le 24e Fespaco qui présente pas moins de 86 films en compétition verra également l’organisation, pour la 17ème année consécutive, du marché international du cinéma et de la télévision africain, un espace de vente et d’achat d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles dédié aux professionnels. Hors compétition le long métrage «Danbé, la tête haute» de Bourlem Guerdjou, le documentaire «El oued el oued» de Abdennour Zahzah et le court métrage «Iminig» de Mbarek Menad, seront projetés dans un panorama du cinéma africain.
Se déroulant dans un contexte politique particulier, quatre mois après le soulèvement populaire au Burkina Faso qui a conduit à la chute du régime de Blaise Compaoré, le Fespaco ouvre pour la première fois la compétition aux réalisateurs de la diaspora africaine et aux films numériques, selon le site Internet du festival.

Related posts

Cinéma : «Spectre», un bond en arrière

courrier

4e édition du « Musée dans la rue » à Alger : affluence du public à la manifestation

courrier

Malgré la colère de l’Égypte : Une tête de Toutankhamon vendue à Londres

courrier

Salon du livre du Caire : Le roman algérien capte l’intérêt des lecteurs et des médias

courrier

Festival de Cannes 2019 : Alejandro González Iñárritu, président du jury

courrier

Festival européen de musique à Oran : Le groupe autrichien « Travel Diaries » enflamme l’ouverture

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.