el-Béchir

Soudan : Le président el-Béchir promet de nouvelles mesures

Le président Omar el-Béchir a promis, lundi, que davantage de décisions et de mesures seront prises dans les prochains jours, pour renforcer le dialogue national à la suite des manifestations organisées dans le pays pour protester contre la détérioration de la situation économique et sociale, ont rapporté des médias locaux.

Prononçant un discours à l’ouverture de la neuvième session du Parlement, le chef d’Etat soudanais a affirmé que «les manifestations organisées à travers le pays avaient porté des revendications légitimes sur l’amélioration des conditions de vie et le traitement de situations économiques très difficiles. Mais certaines actions de protestations ne se sont pas conformés aux règles légales et ont perturbé l’ordre public et endommagé des biens publics et privés». Dénonçant les tentatives de certaines parties qui ont voulu par la suite récupérer ces manifestations et les exploiter pour mettre en place un programme adoptant des options d’exclusion, Omar el-Béchir a soutenu dans ce contexte que «les jours à venir seront témoins de davantage de décisions et de mesures qui amélioreront la voie du dialogue et prépareront la scène nationale à réaliser la transition nationale souhaitée». «Le dialogue sera conforme au document de consultation nationale approuvée par un large éventail de forces politiques et sociales du pays», a-t-il, en outre, souligné. «Nous poursuivrons nos pas vers la paix et achèverons ses réunions de manière à ce que 2019 soit l’année de la paix» a poursuivi le chef de l’Etat soudanais, appelant toutes les forces politiques à participer à «l’instauration de la paix notamment dans la région du Darfour, à travers tous les moyens possibles». Réaffirmant son attachement à la paix et en faveur d’un cessez-le-feu permanent et d’un dialogue pour la paix dans cette province, le président soudanais a rassuré toutes les parties, particulièrement la communauté régionale et internationale, de son engagement pour l’apaisement et l’instauration de la stabilité dans le pays?». «Je réitère mon appel aux forces de l’opposition, qui ne sont toujours pas sur la voie de l’entente nationale d’accepter le dialogue comme premier et dernier choix et le passage sûr vers la construction d’une nation que tout le monde cherche», a plaidé encore M. el-Béchir lors de son discours devant les députés. Le Soudan est secoué par une vague de protestation depuis le 19 décembre 2018 après la décision du gouvernement de tripler le prix du pain dans un contexte économique difficile. Les manifestants ont réclamé le départ de M. el Béchir qui gouverne le pays depuis près de 30 ans. Pour tenter d’éteindre ce mouvement, le chef de l’Etat avait proclamé l’état d’urgence le 22 février écoulé dans l’ensemble du pays et annoncé le limogeage du gouvernement ainsi que des instances dirigeant les provinces du pays secouées par des manifestations.