Accueil RÉGIONS Ressources halieutiques à Mostaganem : Un objectif d’une production de 200 000...

Ressources halieutiques à Mostaganem : Un objectif d’une production de 200 000 tonnes/an

0

L’Algérie table sur une production halieutique de 200 000 tonnes/an à moyen terme, a indiqué mercredi, à Mostaganem, le coordinateur des services de la pêche au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Hammouche Tahar. Le ministère a élaboré un programme, à moyen terme, pour la production de 100 000 tonnes supplémentaires de poissons dont 80 000 tonnes en aquaculture, a souligné M. Hammouche, lors d’une rencontre d’information avec des opérateurs désirant investir dans le domaine de l’aquaculture.
La production halieutique actuelle en Algérie varie, a-t-il relevé, entre 100 000 et 110 000 tonnes/an dont 10 000 t dans le cadre de l’aquaculture. Partant de données scientifiques, le même responsable a affirmé que l’avenir est pour le développement de l’aquaculture, tout en insistant sur l’importance d’investir dans ce créneau pour satisfaire les besoins du marché et réduire les prix du poisson « pour l’intérêt de tous ». Le coordinateur des services de la pêche a ajouté que le ministère est disposé à accompagner les investisseurs pour développer cette filière et aider la wilaya de Mostaganem à encourager l’aquaculture. « Cette wilaya dispose de grandes potentialités avec un littoral de 124 km, trois barrages et des retenues collinaires pouvant relancer cette filière », a-t-il fait remarquer. Le wali de Mostaganem, Abdelwahid Temmar, a appelé les chefs de daïra et les présidents des communes côtières à proposer des sites, surtout à l’est de la wilaya, à l’instar de Achaâcha et Tazgaït pour concrétiser des projets aquacoles. Il a souligné que l’année 2017 sera l’année de l’aquaculture dans la wilaya à travers l’accompagnement des investisseurs, « du dépôt du dossier au niveau de la direction de la pêche et des ressources halieutiques, jusqu’à la phase d’exploitation. » Le directeur de wilaya de la pêche et des ressources halieutiques, Toufik Rahmani, a dévoilé deux sites retenus pour abriter des projets aquacoles dans des cages flottantes dans les communes de Stidia et Sidi-Lakhdar. Le site de Stidia occupe une superficie de deux (2) hectares sur sable et est destiné aux investisseurs désirant concrétiser des projets aquacoles en cages flottantes pour la production de la daurade et du loup de mer. L’autre site retenu près du port de Sidi Lakhdar et qui s’étend sur un (1) hectare de sable est destiné aux deux espèces de poissons précités. Ces deux sites disposent de conditions favorables pour ce créneau, a assuré Rahmani. Chaque promoteur en aquaculture, des deux sites, bénéficiera de 800 mètres carrés pour l’élevage des huîtres et entre 1.000 et 2.500 m2 pour l’élevage du loup de mer et la daurade et pour créer une base de vie, ajouté à cinq (5) et 20 ha pour l’élevage des mêmes espèces en mer. Ces projets devront réaliser une production annuelle de 5 600 tonnes de daurade, 450 t de loup de mer à Stidia et 1 800 t/an à Sidi-Lakhdar, a-t-il ajouté. Des promoteurs participant à cette rencontre ont soulevé quelques problèmes rencontrés dans la réalisation de leurs projets, dont le retard des banques à octroyer des crédits et les taux d’intérêt.

Article précédentAyant souvent été transparent en Afrique : Mahrez donne des soucis à Raouraoua avant la CAN
Article suivantAttentat de Berlin : L’Allemagne à la recherche de complices