Radio culture

Radio Culture diffuse 24/24 heures à compter de demain

La Radio Culturelle diffusera ses programmes 24/24 heures à compter de dimanche prochain, a indiqué jeudi la Radio nationale dans un communiqué. La Radio Culture rejoint ainsi les chaînes nationales et thématiques qui diffusent également en 24/24h et pourra « offrir un service d’information public en continu ». À travers cette diffusion, la nouvelle chaîne renforcera sa présence sur la scène nationale d’information et élargira davantage son auditoire. Le volume horaire de diffusion de la radio Culture, en service depuis 1995, est passé de 04 à 06 heures/jour en 2004, puis à 09 heures/jour en 2016 avant d’atteindre les 12 heures/jour en juin dernier, a rappelé le communiqué. Une progression dictée par des données thématiques, tant humaines que techniques, ajoute le document. En parallèle avec le lancement des grilles ordinaires des programmes pour la nouvelle saison, la diffusion des radios de Mostaganem et de Sétif se fera 24/24 heures, portant ainsi à huit (08) le nombre de radios locales qui diffusent en continu (Tamanrasset, Illizi, Adrar, Oran, Mostaganem, Sétif, Tizi Ouzou et El-Bahdja à Alger). La Direction générale de la Radio national accorde un intérêt particulier à la prolongation de la radiodiffusion et la diversification des grilles des radios locales, a conclu le communiqué.

Échouage d’un dauphin sur une plage de Ténès
Un dauphin a été découvert mort, jeudi, par des citoyens sur la « plage anglaise » de Ténès (55 km au Nord de Chlef), , a-t-on appris auprès des services de la Chambre de pêche et d’aquaculture de la wilaya. Le dauphin retrouvé au niveau de la plage anglaise à proximité du port de pêche de Ténès fait 1,20 m de long et pèse environ 20 kg, a indiqué, à l’APS, le directeur de la Chambre de pêche, Keddour El-Atef, qui a signalé que l’incident a été signalé à l’inspecteur de la direction de la pêche et des ressources halieutiques (DPRH) . Le même responsable, qui a relevé l’absence de signes de blessures sur le corps du dauphin, a estimé que celui-ci pourrait avoir été péché, par erreur, par un bateau de pêche à l’espadon, qui l’aurait ensuite rejeté sur la plage, car ce type de poisson est interdit à la pèche. Après examen du corps du dauphin, l’inspecteur de la DPRH a rédigé un rapport, avant d’en informer les services de la police et de la commune, pour les procédures de son enterrement.

Une bande criminelle démantelée à Oran
La brigade économique et financière relevant du service de wilaya de la police judiciaire d’Oran a réussi à démanteler une bande criminelle organisée spécialisée dans l’escroquerie, la falsification et la commercialisation illégale de produits pharmaceutiques dont ont été victimes des personnes, des entreprises publiques et privées, a-t-on appris, jeudi, auprès de la sûreté de wilaya.
Cette bande est composée de six personnes, dont un médecin et deux femmes, impliqués dans une affaire de falsification dans l’établissement de faits mensongers, commercialisation illégale de produits pharmaceutiques, vol qualifié par détournement d’argent appartenant à autrui d’une valeur de 810 000 DA, selon un communiqué de presse de la cellule de communication et des relations publiques.
Un lot de médicaments, dont la majorité concerne des maladies chroniques, a été récupéré, à savoir 38 boîtes de médicaments destinés aux diabétiques, 46 stylos d’injection d’insuline, six glucomètres et 174 boîtes d’autres types de médicaments concernant des maladies cardiaques chroniques, ainsi que 10 ordonnances médicales vierges portant la griffe du médecin, 8 autres ordonnances remplies, 37 vignettes de médicaments et une somme de plus de 420 000 DA.

Arrestation de sept malfaiteurs pour « atteinte à l’ordre public » à Aïn Defla
Les services de sécurité de Aïn Defla ont mis fin à Sidi Lakhdar (22 km à l’Est du chef-lieu de wilaya) aux activités d’une « dangereuse » bande de malfaiteurs composée de sept repris de justice pour « atteinte à l’ordre public, violence et agression physique contre des citoyens » , a-t-on appris, vendredi, auprès de la cellule de communication et des relations publiques (CCRP) de la sûreté de wilaya. « Dans le cadre de la lutte contre la criminalité des bandes de quartiers, notamment s’agissant de la lutte contre l’atteinte à l’ordre public ou aux agressions physiques à l’arme blanche, les services de la sûreté urbaine externe de Sidi Lakhdar ont mis fin aux agissements d’une bande de malfaiteurs composée de sept repris de justice, âgés entre 24 et 38 ans », a indiqué la même source. L’affaire remonte au début de la semaine en cours lorsque les éléments de la police ont reçu, à la mi-journée, un appel sur le numéro vert (15-48) faisant état d’une bagarre acharnée à l’arme blanche au niveau de la rue du premier novembre à Sidi Lakhdar, selon la même source. Après avoir pris les précautions d’usage, les policiers se sont rendus vers le lieu indiqué, réussissant, grâce à un haut degré de professionnalisme, à maîtriser la situation, arrêtant les membres de la bande en question, lesquels ont tenté vainement de prendre la fuite, a-t-on détaillé. L’opération a également permis de saisir des armes blanches (épées et grands couteaux à cran d’arrêt) ainsi qu’une quantité de comprimés psychotropes, a-t-on fait savoir. Les sept membres du réseau ont été transférés vers le siège de la sûreté urbaine de la même ville pour le parachèvement des procédures juridiques nécessaires, a-t-on ajouté, signalant que les premiers éléments de l’enquête ont fait ressortir que les personnes arrêtées agissaient également au sein d’une bande versée dans le trafic de psychotropes. Un dossier judiciaire a été établi à l’encontre des sept individus portant sur les griefs de « dispute sur la voie publique, constitution d’une bande de malfaiteurs, port d’armes blanches prohibées, menace et agression de citoyens et trafic de psychotropes ».

M’sila : quatre trafiquants de comprimés psychotropes arrêtés
Les éléments de la brigade de recherche et d’investigation (BRI) de la sûreté de wilaya de M’sila, ont saisi durant les dernières 24 heures 13 097 comprimés psychotropes avec l’arrestation de quatre personnes impliquées dans cette affaire, a-t-on appris, jeudi, auprès de ce corps de sécurité. Cette opération a été réalisée suite à des renseignements sur un réseau spécialisé dans le trafic de comprimés psychotropes au niveau d’une des communes de la wilaya de M’sila, a précisé la même source. Les policiers ont pu arrêter quatre (4) personnes âgées entre 27 et 40 ans impliquées dans cette affaire, a -t-on noté. L’opération a également permis la saisie d’un véhicule utilisé par les trafiquants au transport et à la commercialisation de cette marchandise ainsi qu’une somme d’argent estimée à 60 000 DA, a précisé la même source. Les mis en cause dans cette affaire seront « prochainement » présentés devant l’instance judiciaire spécialisée, a fait savoir la même source. Depuis le début du mois de juin dernier, 115 affaires, relatives au trafic de psychotropes, ont été enregistrées dans la wilaya de M’sila, rappelle-t-on. Il est à signaler que pas moins de 138 personnes ont été impliquées dans ces affaires où 54 927 comprimés psychotropes et 30 flacons de liquide classé psychotrope, ont été saisis.

La Suisse fait un don humanitaire au profit des victimes des incendies
La Suisse a fait un don constitué notamment de matériel médical, au Croissant rouge algérien (CRA), dans le cadre de l’effort national d’aide aux victimes des incendies ayant touché plusieurs wilayas du pays durant l’été, indique jeudi un communiqué de l’ambassade suisse à Alger. Lors d’une cérémonie organisée à cet effet, la présidente du CRA, Saïda Benhabilès, a exprimé ses « sincères remerciements » au nom du CRA et de tous ses bénévoles, à l’ambassadeur de la Confédération Suisse en Algérie, Lukas Rosenkranz, pour cet élan de solidarité avec les sinistrés des incendies, souligne la même source. « C’est un geste que nous apprécions à sa juste valeur et qui reflète l’attachement du peuple suisse, pays abritant le siège du Mouvement mondial humanitaire, à l’un des principes fondamentaux da l’humanitaire qu’est la solidarité », a-t-elle affirmé. D’une valeur de « 150000 francs suisses (soit un peu plus de 22 millions de dinars algériens) », ce don est composé de « 12 groupes électrogènes, 150 matelas anti-escarres et 230 chaises roulantes », et qui peut être utilisé « à plus long terme pour le bénéfice des populations des régions touchées par les incendies », précise le communiqué.