Nucléaire iranien

Nucléaire iranien : Un accord est possible avec les Etats-Unis à Doha

L’Iran a estimé mercredi qu’un accord avec les Etats-Unis était possible dans le cadre des négociations sur le nucléaire iranien en cours à Doha, tout en assurant qu’il ne cèderait pas sur ses «lignes rouges».

L’émissaire américain pour l’Iran, Robert Malley, et le négociateur iranien Ali Bagheri ont entamé mardi dans la capitale qatarie des pourparlers indirects par l’intermédiaire de l’UE, en vue de débloquer les négociations de Vienne sur le nucléaire iranien. «Si la partie américaine a des intentions sérieuses et se montre réaliste, un accord est possible à ce stade», a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian lors de sa visite au Turkménistan, selon des propos rapportés mercredi par l’agence de presse officielle Irna. «Nous sommes sérieux» dans notre volonté de conclure un accord, a-t-il dit par ailleurs, en soulignant que son pays ne céderait pas sur les «lignes rouges» posées par Téhéran dans le cadre de ces négociations. L’UE espère que ces discussions entre les deux pays qui n’entretiennent pas de relations diplomatiques depuis 1980, permettront de débloquer les négociations à Vienne – incluant aussi la Russie,la Chine, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne – au point mort depuis trois mois. En 2018, les Etats-Unis de Donald Trump se sont retirés unilatéralement de l’accord international de 2015 et ont rétabli les sanctions économiques américaines. En riposte les Iraniens ont commencé à s’affranchir des engagements dictés par le pacte appelé JCPOA. L’administration américaine de Joe Biden dit vouloir revenir dans l’accord si Téhéran renoue avec ses engagements, mais l’Iran exige auparavant la levée des sanctions ainsi que des garanties que Washington ne se retirera plus du JCPOA. L’Iran a également demandé le retrait de l’armée idéologique, les Gardiens de la Révolution, de la liste américaine des «organisations terroristes».