14.9 C
Alger
26 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
L'EXPRESS

L’État prend en charge la jeune fille Chahra de Sétif

Le ministre de la Santé, Abdelhak Saïhi, n’est pas resté insensible à un SOS lancé par la famille d’une fille de 25 ans qui souffre d’une malformation congénitale depuis sa naissance. En effet, il y a quelques jours, le père de la jeune Chahra, de la commune d’Aïn Sebt dans la wilaya de Sétif, dont le prénom n’est pas étranger aux téléspectateurs algériens, a fait appel, via une télévision privée, aux âmes charitables et aux autorités publiques, dans l’espoir qu’elles viennent en aide à sa fille malade. Cet appel n’a pas atterri dans l’oreille d’un sourd, puisque le ministre Saïhi, nous apprend dans une publication sur les réseaux sociaux du ministère, qu’il prendra en charge la jeune fille pour la délivrer de ses souffrances. Pour ce faire, il a donné des instructions aux autorités sanitaires de Sétif à l’effet de prendre pleinement en charge l’état de santé de la jeune fille. Cette décision a illico presto été appliquée, puisque la malade a été transférée au CHU Sâadna Abdenour, où un staff médical spécialisé l’a prise en charge. Prompt rétablissement Chahra !

Abu Dhabi, Ryadh et Amman à la rescousse d’Israël
Pour contourner les attaques des Houthis contre les navires israéliens dans la mer rouge, Tel-Aviv peut compter sur les émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Jordanie. En effet, selon la chaine israélienne « Channel 14 », ces trois pays arabes ont autorisé le lancement d’un corridor terrestre (voir illustration) pour le passage des camions de marchandises à partir du Golfe vers Haïfa en provenance de l’Inde. Au moment où ils sont attendus pour prêter main forte à la cause palestinienne et condamner, par la même, la guerre sioniste contre les Palestiniens, les « frères » arabes volent au secours d’Israël. Mais, ils ont tout de même fait preuve d’hypocrisie lorsqu’il s’agit de verser les larmes de crocodiles sur les cadavres des palestiniens à Ghaza. Une posture que seul l’adage « manger avec le loup et pleurer avec le berger » peut valider.

L’entité sioniste sépare 17 000 enfants de leurs parents !
L’UNICEF a indiqué hier que 17 000 enfants palestiniens sont non accompagnés ou ont été séparés de leur famille, à Ghaza, soumise à une sauvage agression sioniste depuis le 7 octobre 2023. L’UNICEF a avancé vendredi le chiffre de 17 000 enfants de Ghaza qui n’étaient pas accompagnés ou avaient été séparés de leur famille pendant l’agression, ajoutant que « la quasi-totalité des enfants de l’enclave ont besoin d’un soutien en matière de santé mentale ». Ces enfants présentent des symptômes tels que « des niveaux extrêmement élevés d’anxiété persistante et une perte d’appétit. Ils ne peuvent pas dormir, ils ont des crises émotionnelles ou ils paniquent chaque fois qu’ils entendent un bombardement », a déclaré Jonathan Crickx, chef de la communication de l’UNICEF pour les Territoires palestiniens occupés. « Avant cette guerre, l’UNICEF estimait déjà que 500 000 enfants avaient besoin d’un soutien psychosocial et de santé mentale à Ghaza. Aujourd’hui, nous estimons que presque tous les enfants ont besoin de ce soutien, ce qui représente plus d’un million d’enfants », a-t-il dit.

Le marché de voitures d’occasion de Tidjelabine rouvre ses portes
Fermé depuis l’avènement de la pandémie de Covid-16, le mythique marché de voitures d’occasion de Tidjelabine à Boumerdès rouvre ses portes, aujourd’hui, au grand bonheur des marchands, des acheteurs et des férus, du véhicule d’occasion. La relance de ce marché d’envergure nationale est à même de redynamiser l’activité du secteur « Ce marché qui remonte à 1985, reprendra d’activité comme auparavant, soit le samedi de chaque semaine », a annoncé le président de l’APC de Tidjelabine, Bilal Khedidji. A souligner que cette commune a loué 8 hectares d’une superficie totale du marché estimée à près de 14 hectares. Egalement, une enveloppe de plus de trois millions de dinars a été allouée pour la réhabilitation de ce marché d’une capacité d’accueil de 2000 véhicules tous types confondus.

Soudan du Sud : 39 morts dans des affrontements entre éleveurs de bétail
Au moins 39 personnes ont été tuées et 53 blessées mercredi au Soudan du Sud dans des combats entre deux groupes d’éleveurs de bétail d’Etats voisins dans le centre du pays, ont indiqué vendredi les autorités locales dans un nouveau bilan. « Le dernier bilan fait état de 20 personnes tuées, 36 blessées et une personne toujours portée disparue » parmi les éleveurs venus de l’Etat des Lacs, a déclaré le porte-parole de la police de l’Etat, le major Elijah Mabor Makuac. Le ministre de l’Information de l’Etat voisin du Warrap, William Wol Mayom Bol, a lui indiqué que de son côté « 19 morts et 17 blessés » avaient été recensés. Un précédent bilan faisait état de 19 morts. Dans des communiqués distincts, les autorités des deux Etats ont condamné ces violences.

Washington impose des sanctions contre des colons sionistes
Les États-Unis ont déclaré jeudi qu’ils imposaient des sanctions à l’encontre de plusieurs colons sionistes en réponse aux violences perpétrées contre les Palestiniens en Cisjordanie occupée. Cette décision survient alors que les agressions barbares des colons persistent dans la bande de Ghaza, ont annoncé des responsables américains. Les sanctions sont mises en place en vertu d’un décret signé jeudi par le président Joe Biden, ciblant les individus accusés d’attaques ou d’actes de terrorisme, ainsi que de ceux qui « sapent la paix, la stabilité et la sécurité », ont-ils précisé. Initialement, quatre personnes seront touchées par ces nouvelles sanctions, comprenant une interdiction de séjour aux États-Unis et le gel éventuel de leurs avoirs, ont rapporté ces responsables cités par les médias. En décembre dernier, les États-Unis avaient déjà annoncé des restrictions de visa à l’encontre de colons sionistes, mais ces dernières sanctions marquent la première mesure financière prise dans ce contexte.

Turquie : le séisme du 6 février 2023 a fait plus de 53.530 morts
Le séisme du 6 février 2023 qui a frappé le sud-est de la Turquie a fait 53.537 morts et 107.213 blessés, selon le dernier bilan donné vendredi par le ministère turc de l’Intérieur. « Lors des tremblements de terre qui ont causé de lourdes destructions, nous avons perdu 53.537 vies et 107.213 de nos citoyens ont été blessés », a indiqué vendredi le ministre turc Ali Yerlikaya devant la presse, près d’un an après le désastre. Le dernier bilan, arrêté en avril, faisait état de 50.783 morts et 107.204 blessés. Onze provinces turques ont été touchées sur une superficie de 120.000 kilomètres carrés, a-t-il rappelé, affectant avec plus ou moins de gravité « 14 millions de nos concitoyens, entrant ainsi dans l’histoire mondiale en termes de zone d’impact », a-t-il ajouté. Selon ses chiffres, 38.901 bâtiments ont été immédiatement détruits par les secousses. Au total 650.000 personnels de secours, dont 11.500 envoyés par d’autres pays en signe de solidarité, ont été déployés. Selon le ministre, 645.000 tentes ont été installées pour abriter temporairement 2,5 millions de personnes. Un an après, près de 700.000 sinistrés vivent toujours dans 414 villes-conteneurs, dont 215.224 unités ont été installées.

Après Paris, les tracteurs assiègent Brucelles
Les agriculteurs ont fait preuve d’une démonstration de force, jeudi, à Bruxelles. 1000 tracteurs ont encerclé le Parlement européen pour réclamer des aides en faveur du secteur agricole. Selon la presse bruxelloise, un millier de tracteurs sont entré dans la ville, causant le blocage de plusieurs rues alors qu’un rassemblent s’est tenu à place du Luxembourg, devant le PE. Les agriculteurs en colère ont choisi le jour du sommet européen sur l’Ukraine pour mettre la pression. La crise de l’agriculture s’est, d’ailleurs, invitée à l’ordre du jour. Le « futur de l’agriculture européenne » s’impose comme agenda entre le président français Macron et la présidente de la commission européenne. Quelques heures plus tôt des agriculteurs français et belges avaient bloqué un point de passage entre la France et la Belgique pour protester contre les accords de libre-échange et « la distorsion de concurrence ». Les manifestants disent espérer des « annonces très fortes » à l’issue du sommet européen.

Related posts

L’ancien archevêque d’Alger Henri Teissier n’est plus

courrier

Tizi-Ouzou : démantèlement d’une association de malfaiteurs spécialisée dans l’émigration clandestine

courrier

Boudiaf à la 68e Assemblée mondiale de la santé à Genève

courrier

Un centre commercial prend feu à Alger

courrier

L’huile d’olive d’Ifigha se place sur le marché européen

courrier

Atterrissage spectaculaire de Perseverance sur Mars

courrier