Covid

LE PR MOHAMED MELHAK LE CONFIRME : « Le variant Omicron prédominera dans les semaines à venir »

Au vu de la rapidité de la propagation du variant Omicron de Covid-19 en Algérie, à savoir 70 fois plus rapide que les autres variants dont le Delta, celui-ci devra dominer l’ensemble des contaminations dans les semaines à venir.

C’est ce que prédisent les experts et professionnels de la santé à l’instar du Pr Mohamed Melhak qui s’est exprimé hier sur les ondes de la radio locale de Sétif. Cet ancien chercheur en virologie et biologiste dans les laboratoires d’analyses médicales a d’abord fait état d’une augmentation de la fréquence des infections au Covid-19 en Algérie, qualifiant la situation sanitaire actuelle des plus préoccupantes. Il a expliqué, dans ce contexte, que la situation épidémiologique actuelle se distingue par la présence de plusieurs variants dont le  Delta et l’Omicron, en plus des virus saisonniers qui compliquent encore les choses du fait de la similitude des symptômes. Toujours en ce qui concerne la situation sanitaire, Melhak a également fait état de la recrudescence des hospitalisations, avec un nombre important de personnes en soins intensifs et une augmentation des cas de décès, tout cela face à la baisse significative des vaccinations contre le covid. Selon Melhak, ceci risque de se compliquer davantage en raison de la forte contagiosité du variant Omicron qui sera d’après lui le plus dominant dans les semaines à venir. Une autre particularité du nouveau variant, ajoute le même intervenant de la radio, est le fait que les enfants comme les adultes en sont également touchés, et le transmettent rapidement autour d’eux.

«Des décisions autour de la vaccination des enfants pour bientôt »
De son côté, le Professeur Ryad Mahyaoui, membre du comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de la pandémie du Covid-19, a révélé que la question de la vaccination des enfants contre le Covid, revêt un intérêt particulier au sein de la commission. D’ailleurs, a-t-il fait savoir, des décisions importantes devraient être prises de ce qui est de la tranche d’âge à vacciner et type de vaccin à leur administrer, et seraient annoncées prochainement.
Selon Mahyaoui, le plus important aujourd’hui est d’inciter les personnes de plus de 18 ans à se faire vacciner et de commencer par celles qui sont en contact direct avec les élèves à savoir les parents, les enseignants, et le personnel administratif pour éviter qu’elles ne soient infectées. «Malheureusement, il y a une grande réticence de la population à se faire vacciner et nous n’avons pas encore atteint le but souhaité de l’opération», a-t-il déploré, à ce propos. Évoquant, d’autre part, la situation sanitaire actuelle, Mahyaoui a souligné que le variant Omicron a commencé à s’imposer fortement dans notre pays, après que le Delta ait été dominant en décembre dernier. Et de poursuivre : «le nombre des contaminations a sensiblement augmenté, comme dans tous les pays du monde, mais le nouveau variant Omicron a commencé à concurrencer fortement le variant Delta, et devra bientôt le surpasser ». Dans ce sens, le Pr a estimé que pour le moment il n’est pas possible de faire des projections sur le pic de ce nouveau variant tant que les chiffres sont toujours en hausse, mais ce qui est certain, a-t-il insisté, reste de mettre l’accent les mesures de précaution.
Ania Nch