LAMAMRA

LAMAMRA APPELLE À REDYNAMISER LA MISSION DU CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DE L’ONU : « Les  crises mondiales nécessitent des réponses mondiales »

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a indiqué vendredi que,  « les  crises mondiales nécessitent des réponses mondiales qui passent par le renforcement et l’amélioration du rôle de l’ECOSOC ». Intervenant par visioconférence sous le thème, «renforcer l’ECOSOC à l’occasion de son 75ème anniversaire », il a souligné que, « l’Algérie  croit fermement à la nécessité de préserver le mandat principal de l’ECOSOC pour faire avancer les trois dimensions du développement durable : économique, sociale et environnementale ».
Le chef de la diplomatie algérienne a plaidé dans ce cadre,  à la mise en œuvre urgente du mandat principal du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC), « pour faire avancer les dimensions du développement durable, économique, sociale et environnementale ». Lamamra a rappelé que dans cette conjoncture mondiale marquée par la pandémie et la récession économique, la réponse doit être globale. ‘ »La mise en œuvre de ce mandat n’a jamais été aussi urgente qu’aujourd’hui. La pandémie de Covid-19 et la récession mondiale associée ont créé de nouveaux défis pour atteindre les objectifs de développement durable », a-t-il souligné.
Il a appelé à conjuguer les efforts pour permettre aux pays en voie de développement de supporter le poids des difficultés générées par la pandémie. « Plus que jamais, nous devons aborder les questions de gouvernance mondiale et de moyens de mise en œuvre afin de réaliser pleinement l’Agenda 2030 et de parvenir à une prospérité partagée », a-t-il souligné avant de rappeler que l’un des messages clés du septième Forum régional africain sur le développement durable, coprésidé par l’Algérie, est le besoin urgent pour les partenaires
internationaux du développement de renforcer les mécanismes de coopération multilatérale et d’assurer le décaissement intégral et en temps voulu de leurs engagements financiers, respectant ainsi leurs engagements en matière d’aide publique au développement ».
Dans ce cadre, il s’est dit convaincu que les solutions aux obstacles et défis actuels résident dans un système de gouvernance mondiale, basé sur un processus décisionnel multilatéral efficace, inclusif, représentatif et transparent, avec des règles claires et équitables qui permettraient aux pays pauvres de supporter les conséquences de la pandémie et de la récession économique mondiale. À cet effet, Il a proposé une coordination renforcée entre l’ECOSOC et les divers organes des Nations unies pour assurer une réponse efficace et efficiente. « L’ECOSOC pourrait contribuer à la convergence et à la coordination des efforts et éviter les chevauchements et les doubles emplois en encourageant un alignement cohérent sur l’Agenda 2030″, a-t-il souligné.
« Notre Conseil doit se concentrer davantage sur les pays en développement, en veillant à ce qu’une plus grande place soit consacrée aux questions liées au financement du développement, aux problèmes de dette extérieure et aux infrastructures. L’ECOSOC devrait s’efforcer d’assurer une plus grande cohérence dans la manière dont ses organes subsidiaires, fonds et programmes sont préparés à mettre en œuvre leurs mandats. Le Conseil doit garantir une vision politique cohérente pour le suivi de la mise en œuvre du Programme 2030 afin d’aider les pays à se rétablir et à reconstruire leur résilience à l’ère post-covid-19 ».
Synthèse Slimane B.