8.9 C
Alger
4 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
À LA UNELA 24

LA MAURITANIE CESSERA D’IMPORTER LES PRODUITS FRAIS : Coup dur pour l’économie marocaine

Les exportations agricoles marocaines vers la Mauritanie risquent d’en prendre un autre sale coup, après les barrières tarifaires imposées au transit des marchandises vers le voisin du Sud. Le gouvernement mauritanien vient de rajouter un tour de vis !

Le Maroc, qui tire une partie de ses productions agricoles dans les territoires sahraouis– un périmètre de 70 kilomètres illégalement exploité à Dakhla occupée selon un rapport établis en 2021 par la Coordination des organisations des agriculteurs et des éleveurs espagnols (COAG) et l’ONG espagnole des droits-ne pourrait plus se gargariser de sa position de monopole sur le marché d’importation mauritanien. En 2022, en effet, l’ambassade du royaume à Nouakchott a fait part d’une hausse de 58% des importations mauritaniennes en provenance du Maroc, pour une valeur marchande de près de 300 millions de dollars. L’essentiel étant les produits agricoles.
Mais, depuis, les choses ont évolué positivement pour le pays de Mohammed Ould Ghazouani qui a décidé de renverser la vapeur en faveur de l’économie mauritanienne dans le but de recouvrer une certaine autonomie alimentaire. Du moins pour ce qui est des produits frais, notamment les fruits et légumes. C’est légitime comme ambition qui revêt un caractère souverain à laquelle tout le monde aspire en ces temps d’incertitude géopolitique. En effet, selon le porte-parole du gouvernement qui s’est exprimé jeudi à ce sujet, son pays n’importerait pas de produits frais de l’étranger pendant le prochain mois de Ramadhan, en raison de l’abondance de la production locale et de l’essor observé dans certaines régions. Il en veut pour preuve, les prix des légumes et des fruits qui ont connu une baisse significative ces dernières semaines. Pour la presse locale, certains prix ont baissé de la moitié, après une période de forte hausse qui a duré des mois et a affecté négativement le pouvoir d’achat des consommateurs.
Selon le même responsable, cette décision s’inscrit dans le cadre d’une orientation générale des autorités mauritaniennes visant à renforcer la capacité de résilience de l’économie face aux perturbations du marché, affirmant que selon les derniers chiffres le taux d’autosuffisance en légumes a atteint 30%. Même son de cloche chez des experts économiques du pays pour qui cette décision vise essentiellement à protéger les agriculteurs mauritaniens. Aux belles performances réalisées dans la production agricole dont la récolte était abondante cette année, conjuguées avec la hausse des frais de transit pour les produits marocains (passant de 1 600 à 4 600 euros), les fruits et légumes sur le marché local deviennent largement accessibles pour le consommateur mauritanien. Toutefois, cette embellie comme conjoncture favorable pour l’économie mauritanienne ne l’est pas forcément sous d’autres cieux. Au Maroc, les autorités courent le risque de perdre un marché juteux qui pèse des millions de dollars.
Farid Guellil

Related posts

Rencontres ramadhanesques conviviales des employés en régions : Ooredoo organise des Iftar en l’honneur de ses employés

courrier

Abdelkader Messahel en Syrie : «les relations de l’Algérie avec les états-Unis et l’Arabie saoudite exceptionnelles»

courrier

LES SYNDICALISTES ALGÉRIENS ET SAHRAOUIS DÉNONCENT LES COMPLICES DE L’OCCUPANT MAROCAIN : Silence, on pille les richesses sahraouies !

courrier

VIANDES ROUGES ET BLANCHES : Feu vert pour l’importation

courrier

APRÈS LES ALERTES DE L’UA ET DES PAYS VOISINS : Poutine affirme que des groupes armés gagnent la Libye depuis Idleb

courrier

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES TUNISIENNES AUJOURD’HUI : Un scrutin entre deux tours de la présidentielle

courrier