EGYPT-HISTORY-ANTIQUITIES

Égypte : La pyramide la mieux conservée du pays rouverte au public

Le monument funéraire construit vers 2600 av. J.-C. accueille à nouveau les touristes après être resté fermé un demi-siècle. De forme rhomboïdale, mesurant 105 mètres de haut, il est considéré comme l’ancêtre de la pyramide de Kheops. Des sarcophages, plus récents, ont été trouvés à proximité.

L’Égypte vient de rappeler au monde entier la profusion de ses trésors. Deux pyramides ont été ouvertes au public samedi 13 juillet, a annoncé le ministre des Antiquités Khaled al-Anani devant une foule de journalistes et de représentants diplomatiques. Elles sont situées à Dahchour, au sud du Caire. Depuis 1965, les touristes n’avaient pas pu franchir leurs portes.
Parce qu’elle conserve quasiment l’intégralité de son revêtement, la pyramide rhomboïdale de Snéfrou est la mieux conservée du pays.
Ils devront parcourir un tunnel long de 79 mètres pour pénétrer le cœur de la plus grande des deux pyramides bâties par Snéfrou, fondateur de la quatrième dynastie des pharaons et père de Khéops. Elles datent de l’Ancien Empire égyptien, environ 2600 avant Jésus Christ.
La pyramide principale est dite «rhomboïdale». Haute de plus de 100 mètres, elle a été construite avec un angle à 54° sur les 49 premiers mètres puis de 43° jusqu’au sommet. Les architectes ont changé l’angle après avoir vu des fissures apparaître dans la structure, analyse Mostafa Waziri, le secrétaire général du Conseil suprême des antiquités d’Égypte.
De proportions plus modestes (18 mètres de haut), la seconde pyramide, attenante à la première, a sans doute été érigée pour l’épouse du pharaon, Hétep-Hérès.
L’ancêtre de la grande pyramide de Gizeh
Marquant un tournant majeur dans la civilisation égyptienne, la pyramide rhomboïdale est considérée comme l’ancêtre de la grande pyramide de Gizeh, ou pyramide de Khéops. Sa construction a permis l’érection de pyramides à face lisse. Et parce qu’elle conserve quasiment l’intégralité de son revêtement, elle est la mieux conservée du pays. Le calcaire qui la recouvre devait permettre de la faire briller au soleil dans le désert. «Où a été enterré le pharaon Snéfrou exactement? Nous ne savons pas. Mais, qui sait, peut-être se trouve-t-il dans cette pyramide», explique Mostafa Waziri. Les sarcophages et momies découvertes datent de la Basse époque d’égypte, de 750 à 332 avant J.C. «Plusieurs sarcophages en pierre, argile et bois ont été découverts. Certains contiennent des momies en bon état de conservation», s’est réjoui le ministre des Antiquités Khaled al-Anani. Ces cercueils remontent à la Basse époque d’Égypte, de 750 à 332 av. J.-C.
Autant de découvertes qui pourraient apporter un nouveau souffle à la nécropole de Dahchour, moins attrayante aux yeux des visiteurs que Gizeh. En Égypte, l’archéologie constitue un argument majeur pour relancer le tourisme, mis à mal par l’instabilité politique et les attentats dans le pays – le dernier en date, en mai, a fait 17 blessés parmi des touristes.