envenimation-scorpionique

Durant les huit mois de l’année 2022 : 1 532 victimes de piqûres de scorpion dont 2 décès à ghardaïa

Pas moins de 1.532 personnes ont été victimes de piqûres de scorpion dont deux ont succombé à l’inoculation accidentelle du venin de scorpion durant les huit mois de l’année en cours dans les différentes localités de la wilaya de Ghardaïa, selon des données épidémiologiques fournies jeudi à l’APS par la direction locale de la santé et de la population (DSP).

Les deux personnes décédées suite à une piqûre de scorpion sont en bas âge et leurs parents ne se sont pas rendus compte de cette morsure à temps, a-t-on précisé. L’envenimation par la piqûre du scorpion constitue la première cause des cas d’intoxication et d’empoisonnement dans la wilaya de Ghardaïa et qui endeuille chaque année des familles particulièrement en période estivale, a affirmé un praticien de la santé publique. La région de Guerrara est l’une des localités la plus touchée par les piqûres de scorpions avec 345 cas suivie des communes de Metlili avec 289 cas, de Ghardaia 214 cas, de Berriane 188 cas, Zelfana 136 cas ,Daya Ben Dahoua 124 cas et El Ateuf avec 102 de cas d’inoculation du venin de scorpion , révèlent les statistiques de la DSP de Ghardaïa arrêtées au 31 août 2022. Les piqûres de scorpion et l’inoculation accidentelle de leur venin continuent à être un vrai problème de santé publique dans la région de Ghardaïa et ce malgré la densification de la couverture sanitaire de proximité répondant aux exigences de cas d’envenimation avec la disponibilité d’antidote (Sérum) dans les différentes localités de la wilaya, a fait savoir Ameur Benaissa directeur de la santé de la wilaya. Ce fléau de piqûres de scorpion constitue le premier cas d’intoxication dans la wilaya de Ghardaïa devant les intoxications par morsures de chiens, chats et rats et les intoxications alimentaires, selon des praticiens de la wilaya. De nombreux praticiens appellent les pouvoirs publics à intensifier la lutte contre l’insalubrité publique notamment dans les zones urbanisées (la vallée du M’Zab avec quatre communes et Guerrara) à renforcer la prise en charge des cas d’envenimation scorpionique et encourager le ramassage et la collecte de ces insectes au profit de l’institut Pasteur afin de fabriquer l’anti dote au venin du scorpion. « Les scorpions existants dans la wilaya de Ghardaïa sont de couleur noire, jaune et ocre, ils sont souvent nombreux en période estivale et présents dans les sites rocheux, les maisons construites en pierres et dans les lieux désertiques’’, a affirmé un habitant de Ghardaïa, précisant que les enfants restent les plus vulnérables à ces piqûres. « L’insalubrité publique, l’insuffisance de l’éclairage public et le manque d’éducation sanitaire notamment dans la commune de Ghardaïa qui se distingue par la dégradation de son environnement et l’incapacité des responsables des municipalités à prendre en charge la collecte des ordures ménagères, sont les principaux facteurs favorisant la prolifération de ces insectes venimeux dans les zones urbanisées et d’habitation », a soutenu un praticien de la santé publique. Dans ce sens, plusieurs émissions radiophoniques d’information et de sensibilisation sur l’hygiène environnementale, les mesures à prendre pour éviter les piqûres venimeuses des scorpions ont été lancées durant la période estivale à travers les ondes de la radio locale par la protection civile de Ghardaïa.