BIEN AVANT L’ANNONCE DE TRUMP, HIER SOIR, DE « L’ACCORD DU SIECLE » : Les Palestiniens brandissent le Veto

En réaction au discours du président des États-Unis, Donald Trump, hier, dans lequel il a dévoilé la teneur de ce que Washington qualifie d’ « accord du siècle » sur le conflit israélo-palestinien , offrant à l’entité sioniste la souveraineté sur la Vallée du Jourdain palestinien et la reconnaissance des colonies israéliennes sur les terres palestiniennes , des manifestations populaires de Palestiniens sont prévues, aujourd’hui, mercredi, à partir de toute la Cisjordanie vers la vallée du Jourdain, et à Ghaza.

Une mobilisation de grande envergure du peuple palestinien est attendue, pour protester contre l’accord du siècle, qui, selon son contenu, prive sans ambigüité le peuple palestinien de son droit légitime reconnu à édifier son État indépendant, et sa capital El-Qods. C’est en compagnie de son allié, le premier ministre de l’entité sioniste, Benjamin Natanyahu, que le président Trump a annoncé, hier, « le deal du siècle », visant, d’un côté, à tenter de liquider la question palestinienne et d’un autre à sauver Natanyahu, en chute libre sur la scène israélienne et ciblé par des poursuites judiciaires, dans trois affaires différentes de corruption. Bien avant l’annonce en question du locataire de la Maison Blanche, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas a invité, tôt hier, les dirigeants palestiniens et l’ensemble des représentants des tendances palestiniennes, dont le mouvement de résistance Hamas, à une réunion d’urgence pour discuter sur la réponse adéquate à l’annonce du président Trump, de « l’accord du siècle ». Celui-ci comprend l’annexion de 30% des terres de Cisjordanie à l’entité sioniste, l’annexion de toutes les colonies de Cisjordanie à la souveraineté israélienne, modification des frontières avec la Cisjordanie et l’échange de terres, et à l’évacuation de certains « petits » points de colonisation où Israël cédera 70% de la superficie dans le cadre d’un État palestinien démilitarisé… Par son annonce en question, le président américain, hier, après des années durant de l’arrêt du processus de paix, suite au refus d’Israël de stopper l’extension des colonies sur les terres palestiniennes, la Maison Blanche vient ainsi d’annoncer la mise à mort les Accords d’Oslo, qui sont amplement en faveur de l’entité sioniste, n’ont pas été respectés, faut-il le noter, par les autorités coloniales israéliennes.

Le peuple palestinien dit non à Trump et refuse de renoncer à ses droits légitimes
Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a invité, en effet, hier, des dirigeants du mouvement Hamas de Cisjordanie à participer à la réunion « d’urgence » des dirigeants palestiniens au siège de la Présidence, dans la soirée , « pour discuter des implications » du discours de Trump. Il est à rappeler que dans une communication téléphonique avec le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, le Président palestinien a rejeté tout rôle américain dans le processus de paix, indiquant, dans ce sens que « l’administration américaine est totalement partiale envers Israël ». Fidèle au soutien inconditionnel à l’occupation israëlienne en Palestine, c’est avec l’actuel président américain que Washington vient de franchir un nouveau pas, visant à faire perdurer les souffrances du peuple palestinien et le priver de son droit à l’indépendance et à vivre libre sur ses terres. Le président Donald Trump a annoncé, hier, la reconnaissance des colonies israéliennes, qui se sont multipliées depuis près de dix ans, sur les terres palestiniennes, et ayant connu une accélération effrénée depuis la venue de Natanyahu à la tête du gouvernement israélien. À cela s’ajoute le point contenu dans le plan américain, de « l’ouverture d’un corridor » entre le territoire palestinien de Ghaza et la Jordanie, pensant arriver ainsi, à convaincre les Palestiniens de son accord du siècle, après tant d’années de privation et de souffrances en raison du blocus israélien. Et c’est bien avant qu’il entame son discours, dans la soirée d’hier, que le peuple palestinien a manifesté vigoureusement son refus de renoncer à ses droits légitimes, pour lesquels des générations entières se sont sacrifiées et continuent de lutter pour la concrétisation du projet national palestinien. S’exprimant, hier, sur la posture du président américain, le membre du Commandement central des Comités palestiniens de résistance, Mohamed Abou Nousseïra a déclaré que « l’accord du siècle ne peut être combattu, confronté et déjoué que par l’unité et la résistance » du peuple palestinien, et en abandonnant, a-t-il poursuivi « les voies humiliantes d’Oslo » a-t-il précisé. De son côté, le porte-parole du mouvement de résistance Hamas, Abdel Latif Al-Kanoua, dira que « l’unité palestinienne, qui est basée sur la volonté de notre peuple et investie de ses fortes capacités, peut faire échouer l’accord du siècle et tous les projets visant à liquider la question palestinienne », affirmant que « c’est notre voie». Il est à noter que le projet de Trump prévoit également une totale liberté d’action de l’armée israélienne « au sein même de l’État palestinien », tandis qu’Al-Aqsa et la vieille ville d’El-Qods restent sous la souveraineté d’Israël, avec la possibilité de remettre le pouvoir à El-Qods-Est et que les Palestiniens reconnaissent Israël comme « État juif ». Il prévoit enfin de désarmer la région palestinienne de Ghaza, et donc la résistance.
Karima Bennour