Port

AVEC UN DÉFICIT RAMENÉ À SEULEMENT 140 MILLIONS USD : L’équilibre de la balance commerciale se rétablit

Le directeur divisionnaire de la fiscalité et du recouvrement auprès des Douanes algériennes, Toufik Sassi, a révélé que les recettes douanières réalisées durant les 10 premiers mois de l’année en cours ont atteint 849,62 milliards de dinars, soit une augmentation de 0,59% par rapport à la même période de l’année passée. Le même responsable a fait savoir, en outre, que pour la première fois l’Algérie a pu réaliser un équilibre dans la balance commerciale.

Invité hier au plateau de « Chorouk Morning », Toufik Sassi a précisé, que grâce aux efforts consentis par les services des Douanes en matière de contrôle que « nous avons pu réaliser cette progression », en collectant de la fiscalité dont le montant atteindra d’ici la fin de l’année 1 000 mds DA. En ce qui concerne la balance commerciale le même responsable a affirmé qu’il existe une amélioration remarquable à comparer avec la même période de l’année passée. « Cette année est meilleure que l’année 2020 marquée par l’apparition du coronavirus et son impact sur l’économie dans le monde entier. Nous avons observé durant cette année 2021 une certaine relance économique », a-t-il analysé.
En termes de chiffres, Toufik Sassi a fait savoir que durant les dix premiers mois de 2021 l’Algérie a enregistré une augmentation dans ses importations et une maîtrise dans le taux d’exportation. « Il y a eu un équilibre entre les importations et les exportations, nous avons importé 30,81 milliards de dollars contre 28,3 milliards de dollars en 2020 ». Soit une augmentation de 8, 86% à raison d’un peu plus de deux milliards de dollars. Le responsable douanier a justifié cette tendance par rapport à la covid-19 qui a engendré la baisse des activités de l’économie. « Concernant les exportations le pays a exporté 30,67 milliards dollars contre 19,25 milliards de dollars en 2020, d’où une augmentation de 11 milliards dollars», déclare-t-il.

3,5 milliards USD d’exportations hors-hydrocarbures
Précisant que le déficit commercial est d’environ 140 millions de dollars « une première depuis la crise du pétrole, et nous comptons réaliser un excédent commercial en joignant tous les efforts de l’État et les opérateurs économiques », espère-t-il. Par la suite l’invité de la même chaîne a détaillé sur la nature des importations de l’Algérie, précisant qu’elles constituent en produits de consommation, des électro-industriels, matériels et d’autres produits non consommables. Pour les exportations hors hydrocarbures, le pays a dépassé durant la même période 3,5 milliards de dollars d’exportations hors-hydrocarbures, évaluant une tendance à la hausse, ce qui est un signe de l’existence d’une dynamique pour soutenir les opérateurs, rappelant qu’en 2020 on n’a pas dépassé les 2,5 milliards de dollars.
Cependant, Sassi prévoit une amélioration dans ce domaine dans les années à venir, notamment avec les facilités mises à la disposition des opérateurs. En ce qui concerne les produits exportés, il dira que la majorité des produits sont industriels et pétrochimiques. Ce qui représente plus de 32% des exportations, ainsi que l’Industrie sidérurgique +20% du taux global, le sucre blanc 8,57%, ainsi que les fruits et légumes.
Sarah Oubraham