ARRESTATION D’UN ESCROC À CONSTANTINE : Il se prétendait représentant commercial

Les éléments de la 9ème sûreté urbaine ont appréhendé un individu d’une quarantaine d’années présumé coupable de plusieurs actions d’arnaque.
C’est à la suite d’une plainte de l’une de ses victimes que sera démonté l’écheveau à travers lequel il montait ses coups. Cette fois-ci, il était parvenu à obtenir d’une personne un million de dinars d’acompte sur fournitures et pose de portes et fenêtres qui ne seront jamais réalisées et pour cause son usurpation du titre de représentant de l’entreprise que la victime a démarché pour ce faire. C’est dans un parfait scénario de film tragicomique italien que l’arnaqueur s’est rapproché de sa victime pour obtenir une avance de 100 millions de centimes sur un coût global des travaux évalué à 2,5 millions de dinars. Cela après s’être présenté à son domicile, pris les mesures des portes et fenêtres objet de la transaction, retournant quelques jours plus tard sur le lieu de ce qui allait être son…crime pour lui remettre une facture pro-forma et récupérer son…pactole.
Tailladé par les doutes et ne voyant rien venir dans l’immédiat, la victime est retournée à l’entreprise pour y apprendre néanmoins de son responsable qu’elle n’était pour rien dans tout ce qui s’était passé jusque là et que celle-ci (victime) n’avait malheureusement eu à faire qu’à un arnaqueur.
Retrouvant toutefois son contact, le client le menaça de le dénoncer à la police s’il ne lui restituait pas la somme subtilisée. Ce à quoi, l’escroc proposa en contrepartie un véhicule (Polo) en l’attente de pouvoir réunir ladite somme. Et comme vraisemblablement une arnaque ne vient jamais seule, le véhicule était enregistré au nom d’une autre personne.
Dénoncé à la police, l’escroc est arrêté, conduit au siège de la sûreté pour les procédures habituelles et présenté au parquet.
Med R. D.