WONDER WOMAN

«Wonder Woman 2» : Patty Jenkins, réalisatrice la mieux payée au monde

On ne change pas une équipe qui gagne et Warner Bros, le studio derrière la franchise super-héroïque DC Extended Universe (le DCEU, adaptation cinématographique des bandes dessinées de DC Comics), l’a bien compris.
Auréolée du succès critique et public de son Wonder Woman (816 millions de dollars de recettes dans le monde, soit l’un des plus gros succès de l’été), Patty Jenkins a pris son temps pour négocier son contrat avec la major autour d’un deuxième volet consacré à l’amazone guerrière. C’est désormais officiel, la cinéaste de 46 ans rempilera pour la suite, à la fois en tant que scénariste (aux côtés de Geoff Johns), productrice et réalisatrice, rapporte le site spécialisé Variety.
L’accord signé avec Warner Bros permettra à l’Américaine de toucher entre 7 et 9 millions de dollars selon les sources pour la production du film. La cinéaste s’est également octroyé un juteux pourcentage des recettes de cette suite. À titre de comparaison, le salaire de Patty Jenkins sur le premier opus s’élevait à 1 million de dollars.
Elle deviendra ainsi la réalisatrice la mieux payée de tous les temps. Le salaire moyen d’un cinéaste pour un film de studio est de 750 000 à 1,5 million de dollars, en fonction de ses performances passées. Mais cette estimation peut grandement fluctuer selon les cas de figure. D’après le Hollywood Reporter , Christopher Nolan aurait, par exemple, glané 20 millions de billets verts pour son film historique Dunkerque, auxquels s’ajoutent 20 % des bénéfices au box-office.

Le plus gros succès de l’été en Amérique
Wonder Woman a remporté tous ses paris. Le long métrage de Patty Jenkins a non seulement revitalisé la licence DC Comics (en perte de vitesse après l’échec critique de Batman v Superman et Suicide Squad), mais s’est également imposé comme le meilleur film centré sur une super-héroïne (ce qui n’était pas très difficile, vu les autres). Le film est devenu le plus gros succès de l’été aux États-Unis, cumulant plus de 410 millions de dollars sur le territoire de l’Oncle Sam (soit près de la moitié de ses revenus globaux).
La suite, pour l’instant titrée Wonder Woman 2, se déroulerait durant les années 80, lors des derniers jours de la guerre froide. Après avoir livré bataille contre des soldats allemands en 14-18, la super-héroïne, interprétée par Gal Gadot, aura ainsi l’occasion de croiser le fer avec les forces de l’Union soviétique. Steve Trevor (l’acolyte de l’amazone incarné par Chris Pine) pourrait également être de retour dans ce nouveau volet. Sortie prévue, si tout se passe bien, le 13 décembre 2019.