Messahel à Washington

Washington à propos de l’Algérie : Un partenaire «important et compétent»

L’Algérie et les États-Unis se sont retrouvés à Washington pour une quatrième session du dialogue algéro-américain sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme qui a été «utile et fructueuse», selon le ministre Abdelkader Messahel, qui a conduit la délégation multisectorielle, composée de responsables algériens de la lutte et la prévention contre le terrorisme.
Le ministre, qui s’exprimait à l’issue de ce quatrième dialogue qui s’est tenu dans la capitale américaine, après la troisième session à Alger , a souligné que la réunion avec la partie américaine a été «utile». «Cette session a été très positive dans le contexte actuel, et c’est encore une fois une visite qui consolide les excellentes relations existant entre l’Algérie et les États-Unis dans les domaines politique économique et sécuritaire», a relevé Messahel. Dans le cadre de ce dialogue, les deux pays ont établi, il y a quelques années, des mécanismes qui continuent à fonctionner à plein temps, a rappelé le ministre. Des mécanismes menés par des hauts responsables issus des départements de la Défense, des Affaires étrangères, de la Justice, de la Sécurité intérieure et du Renseignement, a-t-il ajouté. Qualifiant les relations bilatérales d’«excellentes», le ministre a indiqué qu’elles avaient atteint «un haut niveau», tout en souhaitant leur renforcement dans les prochaines années. Le ministre a, par ailleurs, fait savoir que «plusieurs questions importantes ont été abordées lors de cette réunion. «Nous avons longuement discuté des crises régionales de la situation sécuritaire dans la sous-région et les crises affectant le monde arabe», a-t-il dit. Messahel a indiqué avoir également évoqué, avec ses interlocuteurs nord- américains, les défis internationaux, la coopération en matière de lutte contre le terrorisme, l’extrémisme violent et le crime organisé.
À propos des crises régionales, le ministre a tenu à réitérer la position constante de l’Algérie, fondée sur la solution politique, le dialogue inclusif et la réconciliation nationale en Libye et au Mali. La session a constitué «l’occasion de faire l’évaluation de la situation dans la région concernant les conflits en Libye et au Mali, de la lutte antiterroriste et des développement récents qu’ont connus certains courants et mouvements terroristes dans la région», a-t-il dit, indiquant que les deux parties ont abordé les actions menées face au retour «des combattants étrangers», les terroristes de Daesh et autres de retour dans leur pays respectifs , Messahel a indiqué que l’Algérie a largement partagé son expérience en matière de déradicalisation. «Nous avons partagé notre expérience, ce que nous avons vécu dans les années 1990, et comment l’Algérie est parvenue à cette stabilité, grâce aux efforts du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et à la politique de réconciliation nationale.» Les discussions ont, également porté sur la situation en Syrie et au Moyen-Orient, ainsi que sur la question migratoire et sur la lutte contre le cyber-terrorisme. Lors de cette session la partie américaine a été représentée par Justin Siberell, le coordonnateur pour la lutte antiterroriste au département d’État, qui a été accompagné pas plusieurs responsables du Pentagone, du département d’Etat, de la Justice et de la Sécurité intérieure. Dans une déclaration publiée par les services du porte-parole du département d’État, les États-Unis ont précisé que cette quatrième session du dialogue sécuritaire visait le renforcement du partenariat algéro-américain afin de multiplier les forces contre le terrorisme dans la région. Les États-Unis considèrent l’Algérie comme un « partenaire important et compétent » dans cette action, a affirmé le département de Rex Tillerson. «Les États-Unis se réjouissent de poursuivre l’échange sur la lutte contre le terrorisme avec l’Algérie afin d’élargir et d’approfondir davantage notre coopération», a-t-il ajouté.
M.B.