Feux de forêts

Violents incendies à Tizi Ouzou en 2017 : Des mesures exceptionnelles atténuent l’impact de la catastrophe

Tizi-Ouzou a été touchée durant l’été 2017 par des incendies sans précédant qui ont fait un mort et d’importants dégâts. L’intervention des pouvoirs publics par des mesures exceptionnelles a grandement atténué l’ampleur de cette catastrophe naturelle et l’indemnisation des personnes affectées, notamment les agriculteurs, leur a permis de reprendre leurs activités.
Avec un total de 88 751 arbres brulés, en majorité des oliviers, mais aussi des figuiers, des grenadiers et autres, Tizi-Ouzou est la wilaya qui a subit le plus gros des pertes en terme d’arbres fruitiers. Des pertes auxquels s’ajoutent des centaines de ruches d’abeilles brulées, plusieurs maisons, poulaillers et écuries détruits par les flammes, 1479,5 ha de forêt, 880 ha de maquis, 1712 ha broussailles, 32.5 ha récoltes, et 3700 bottes de foins détruits, selon un bilan de la conservation des forêts. Des pertes énormes qui auraient pu porter un coup dur au secteur agricole dans la wilaya, et pousser de nombreux paysans à cesser leur activité, sachant qu’à Tizi-Ouzou, rares sont ceux qui contractent des assurances pour bénéficier d’un remboursement en cas de catastrophes naturelles. Sur instruction du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, trois ministres, à savoir le Ministre de l’Intérieure et des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, de l’agriculture du développement rural et de la pêche et de l’environnement et des énergies renouvelables, avaient fait le déplacement dans la wilaya. Les membres du gouvernements ont pu constater les dégâts dans les localités les plus touchées par les incendies, dont Aït Yahia Moussa où on déplore un mort, rassurant les citoyens de la ferme volonté de l’État de prendre en charge toutes leurs préoccupations. Des actions concrètes et urgentes effacent les traces de la catastrophe. Une prise en charge qui s’est concrétisée en octobre dernier, par la notification à la wilaya d’un important programme d’indemnisation inscrit à l’indicatif des secteur des forêts et de l’agriculture pour un montant total de plus de 237,2 millions de dinars. Cette enveloppe a été destinée à la compensation des pertes subies par les populations lors des incendies de juillet dernier. Le secteur des forêts a reçu de plus de 231,5 millions de dinars pour le lancement d’opérations de plantation de 29 508 oliviers et 34 458 autres arbres fruitiers, la réalisation de travaux de taille de régénération sur 61 127 autres plants et l’aménagement de 48 km de pistes agricoles, selon la conservation locale des forêts qui a indiqué que ce programme était en voix d’achèvement. Pour sa part, le secteur de l’agriculture a reçu une enveloppe financière de 41,7 millions de dinars destinée à la compensation des pertes estimée à 2 208 ruches pleines, 394 ruches vides, 22 hausses de ruches, 31 têtes ovines, 2 bovins, 27 330 poulets de chaire, 21 bâtiments d’élevage bovins, 126 serres avicoles et autres, Tizi-Ouzou ayant été la région la plus touchée par les incendies de juillet dernier qui a causé la perte d’une vie humaine et des dégâts énormes au secteur de l’agriculture et au patrimoine forestier, a reçu la part du lion de la somme réservée par l’État pour cette opération d’indemnisation qui a également touché d’autres wilayas du pays. L’absence d’assurance des cheptels et récoltes par les agriculteurs qui auraient dû contracter une assurance auprès des organismes compétents tel que la Caisse régionale nationale de la mutualité agricole (CNMA), n’a néanmoins pas constitué une contrainte à leur indemnisation. À Tizi-Ouzou la caisse régionale de cette institution est intervenu quelques jours seulement après les incendies pour délivrer à ses assurés des chèques d’indemnisation. A ce titre la CRMA de Tizi-Ouzou a indemnisé une dizaine de céréaliculteurs des localités de Draa El-Mizan et de Timizrat qui ont perdu leurs récoltes lors des incendies. Des chèques leur ont été remis deux semaines seulement après les incendies, pour compenser les pertes et leur permettre de se relever et de reprendre leurs activités.
D’autres secteurs ont été par ailleurs concernés par des mesures similaires, il s’agit, notamment du secteur du logement marqué par la mobilisation par les pouvoirs publics de quelques 79 aides à l’habitat rural au profit des victimes des incendies. Ces aides ont été inscrites au titre d’un programme notifié à la wilaya en novembre dernier. L’installation de commissions communales et de daïras chapeautées par une commission de wilaya présidée par le wali, pour recenser les dégâts a permis d’élaborer un état réel des pertes, et d’identifier toutes les victimes.
Ces mesures ont permis le déroulement de l’opération de compensation dans les meilleures conditions, de l’avis de plusieurs victimes qui ont pu relancer leurs activités agricoles, oubliant dans la foulée cette catastrophe qui ne représente désormais qu’un mauvais souvenir pour la population de la région.