vaccinp4

VACCINATION CONTRE LA COVID-19 : L’OMS invite les pays africains à se tenir prêts

Une analyse de l’OMS indique que la région africaine affiche un score moyen de 33 % de préparation pour le déploiement du vaccin contre la Covid-19, ce qui est sous le niveau de référence de 80 %. Selon l’Organisation mondiale de la santé, les pays du continent africain sont loin d’être prêts à ce qui sera la plus grande campagne de vaccination contre la Covid-19, alors que la course pour mettre au point un vaccin sûr et efficace contre la pandémie est de plus en plus encourageante. La directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique a appelé à cet effet les gouvernements africains à intensifier leur préparation à cette opération de manière urgente, soulignant que la réussite de cette initiative sans précédent dépendra de la planification et de la préparation. « Nous avons besoin d’un leadership actif et d’engagement aux plus hauts niveaux des gouvernements avec des plans de coordination nationale solides et complets, ainsi que des systèmes en place », a-t-elle ajouté.  Pour Moeti ; « développer un vaccin sûr et efficace n’est que la première étape d’un déploiement réussi. Et si les communautés ne sont pas associées et convaincues que le vaccin protègera leur santé, nous ferons peu de progrès »a-t-elle souligné. Elle a donc jugé essentiel à ce que les pays s’adressent aux communautés et soient attentifs à leurs préoccupations et leur donnent voix au chapitre dans ce processus. Il est important de signaler que  l’analyse de l’OMS de l’état de préparation des pays à la campagne de vaccination contre la Covid-19 montre que 49% ont identifié les populations prioritaires et ont des plans en place pour les atteindre. De plus, 44 % des pays ont des structures de coordination prêtes. Seulement 24% disposent de plans adéquats pour les ressources et le financement, 17% ont des outils de collection et de suivi de données en place et tout juste 12% ont des plans pour communiquer avec les communautés afin de bâtir la confiance et susciter une demande de vaccination.

Le coût du vaccin évalué à environ 5,7 MDS USD
Par ailleurs, l’OMS évalue le coût du déploiement du vaccin contre la Covid-19 sur le continent africain à l’intention des populations prioritaires à environ 5,7 milliards de dollars US. Ceci n’inclut pas des coûts supplémentaires de 15% à 20 % pour le matériel d’injection et la livraison des vaccins, qui nécessitent des personnels de santé formés, une chaîne d’approvisionnement et la mobilisation des communautés. Ce montant est basé sur les estimations du mécanisme COVAX d’un prix moyen du vaccin de 10,55 dollars US par dose et que deux doses seront nécessaires. D’autre part, la même organisation a indiqué que l’ensemble des 47 pays de la région a reçu l’Outil d’évaluation de l’état de préparation à l’introduction du vaccin contre la Covid-19 (VIRAT), qui a été conçu pour être utilisé par les ministères de la Santé, avec le soutien de l’OMS et de l’UNICEF. Le document fournit une feuille de route pour que les pays planifient l’introduction du vaccin contre la Covid-19 et couvre dix secteurs clés à savoir la planification et la coordination, les ressources et le financement, les régulations liées au vaccin, les services de livraison, la formation et la supervision, le suivi et l’évaluation, la logistique, la sécurité des vaccins et la surveillance, la communication et l’engagement communautaire. 40 pays auraient mis à jour cet outil et fourni des données à l’OMS.  Pour ce qui est du cas de l’Algérie il est essentiel de rappeler qu’un dispositif opérationnel en charge de la préparation de tous les aspects logistiques liés à l’opération d’importation du vaccin ainsi que son stockage et sa distribution sera mis en place. Il s’agit de deux task force. Le premier a pour mission de proposer la stratégie d’acquisition du vaccin, le plan de vaccination à mettre en œuvre ainsi que la préparation du personnel appelé à être mobilisé dans la campagne de vaccination. Le second est chargé de préparer l’organisation de la logistique nécessaire au transport, au stockage et à la distribution du vaccin.
Ania Nait Chalal