Messahel Bouteflika

Une sortie qui met fin aux spéculations : Le président Bouteflika reçoit Messahel en audience

vLa sortie du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de ce dimanche, au courant d’une audience qui le montrait avec le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, Abdelkader Messahel, s’apparente comme une réponse à la polémique qui va bon train au sujet de son état de santé.

En effet, depuis la visite annulée de la chancelière allemande, Angela Merkel, en Algérie, il y a de cela un mois, en raison de l’indisponibilité du chef de l’État du fait d’une «bronchite aiguë», les spéculations ont enflé. Des médias étrangers n’ont pas manqué de sauter sur l’aubaine, encore une fois, et remettre sur le tapis le sujet de la santé de Bouteflika, éludant, délibérément, les véritables questions qui devaient animer l’essentiel de l’actualité médiatique du pays. C’est ainsi que l’apparition du président de la République sur la chaîne de télévision publique, montré en train de suivre l’exposé de son ministre autour de la situation sécuritaire dans la région, au Sahel notamment, et celle du développement de ce qui prévaut sur les scènes arabe et africaine, sont à même de dissiper ce qui se dit par-ci, par-là. À plus forte raison que des partis politiques et autres acteurs de la scène publique, soucieux de «préserver l’image de l’Algérie et ses institutions», comme l’auraient-ils formulé, ont fait un appel unanime à l’intervention des autorités officielles pour mettre fin à toute spéculation allant dans le sens de jeter le doute sur les capacités de Bouteflika à assurer ses fonctions. D’autre part, cette sortie publique entend, à ce titre, corroborer les déclarations de certains leaders de partis, à l’image du FLN et du RND, qui ont récemment affirmé que le chef de l’État assume «pleinement» ses responsabilités. Pour le reste, au courant de cette rencontre qui s’est faite avec le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, Abdelkader Messahel, puisque c’est de lui qu’il s’agit, il lui a présenté un exposé sur la situation dans la région. Lors de cette audience, Messahel a fait part au chef de l’État d’un compte-rendu sur la situation dans la région, notamment au Sahel, ainsi que celle prévalant au Mali et en Libye. Le ministre a également présenté au président Bouteflika un rapport global sur les derniers développements sur les scènes arabe et africaine. Au fait, Messahel a exposé au président de la République des résultats portant sur les travaux de la 147e session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, tenue le 7 mars au Caire, ainsi que l’installation des nouveaux membres de la Commission africaine, jeudi dernier à Addis Abeba. Le président Bouteflika a, à ce propos, donné des orientations pour le traitement des conflits, notamment en Libye, et les défis dont fait face la région du Sahel en matière de lutte contre le terrorisme. Le chef de l’État a réitéré, à cette occasion, la position de l’Algérie en matière de règlement des conflits à travers le rejet de toute forme d’ingérence étrangère et le recours au dialogue et la solution politique, seules voies à même de rétablir la sécurité et la stabilité.
F. Guellil