El-Guerguerat

UNE SEMAINE APRÈS L’AGRESSION MAROCAINE À EL GUERGUERAT : Les réactions internationales se poursuivent

Le  ministre délégué chargé du Moyen-Orient et de l’Afrique du nord auprès du ministre des Affaires étrangères britannique, James Cleverly, a exhorté toutes les parties « à éviter une nouvelle escalade » suite à l’agression militaire marocaine contre des civils sahraouis à El-Guerguerat , appelant « au retour, le plus tôt possible, au processus politique mené sous l’égide de l’ONU ».
«Nous suivons de près la situation à El Guerguerat au Sahara occidental, j’exhorte toutes les parties à éviter une nouvelle escalade et à retourner, le plus tôt possible, au processus politique mené sous l’égide des Nations unies afin de parvenir à une solution politique à long terme pour le peuple du Sahara occidental », a-t-il souligné. De son côté le  ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a réaffirmé la position de principe de la Russie en faveur du règlement du conflit au Sahara occidental sur la base des principes universellement reconnus du droit international. M. Lavrov a appelé   »à renforcer » l’accord du cessez-le-feu  signé en 1991 entre le Front Polisario et le Maroc et « à désamorcer la tension qui s’est développée ces derniers jours dans la zone tampon de Guerguerat. Au cours de l’entretien, Sergueï Lavrov a réaffirmé la position de principe de la Russie en faveur du règlement de la question  du Sahara occidental « exclusivement par des méthodes politiques et diplomatiques fondées sur les principes universellement reconnus du droit international ». À savoir le droit à l’autodétermination comme l’a rappelé la Russie lors de la résolution du Conseil de sécurité renouvelant le mandat de la Minurso.
Par ailleurs des ONG britanniques ont fermement condamné l’agression militaire contre les sahraouis. Pour sa part l’’ONG britannique de solidarité avec le peuple sahraoui (Western Sahara campaign UK), a mis en garde  contre les « visées expansionnistes » du Maroc sur  Nouadhibou, si Rabat parvient à annexer  Guerguerat.   »En plus d’être une nouvelle confiscation illégale du territoire sahraoui (…) une telle mesure mettrait fin à l’indépendance de la Mauritanie car elle donnerait (au Maroc) le contrôle de la deuxième ville du pays  Nouadhibou et ses exportations de minerai de fer, permettant à Rabat de dicter la politique de la Mauritanie envers la population sahraouie » ainsi que le transit vers et depuis les camps de réfugiés », a souligné l’ONG, dans un briefing sur l’agression militaire marocaine à El Guerguerat au Sahara occidental, intitulé « pourquoi le Polisario a repris les opérations armées ? « .
L’ONG a rappelé que cela faisait presque 30 ans que le Front Polisario a fait preuve de bonne foi et accepté un cessez-le-feu sous réserve de la tenue du référendum d’autodétermination .Western Sahara Campaign , souligne que  le Maroc, a complètement enfreint les termes du cessez-le-feu »  qui interdit la présence de forces armées dans la zones tampon. Elle est revenue  sur les causes à l’origine du conflit au Sahara occidental et souligné l’incapacité de l’ONU à régler la crise à El Guerguerat, ce qui illustre, selon elle, « l’échec plus large du Conseil de Sécurité à organiser un referendum, permettant aux Sahraouis de déterminer l’avenir de leur patrie, base même de l’accord de cessez-le-feu de 1991″. Elle a évoqué également l’’intensification par le Maroc du trafic à  travers la brèche illégale de  Guerguerat pour « exporter des ressources pillées au Sahara occidental », la vacance du poste de l’envoyé personnel du SG de l’ONU, et l’incapacité de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) de surveiller les droits de l’Homme », et  la « manipulation du Conseil de sécurité par le Maroc et son « parrain » la France ».
Western Sahara Campaign UK alerte aussi contre les conséquences de la crise actuelle et, en particulier, contre ce qu’elle qualifie de risque de « reprise des hostilités à grande échelle entre les deux parties et en conséquence la détérioration de la situation géopolitique dans l’ensemble du Maghreb ».
Basée au Royaume Uni, Western Sahara Campaign soutient, depuis plusieurs années, la cause sahraouie. Elle était à l’origine de l’action judiciaire contre l’accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne devant les juridictions britanniques et la Cour de justice de l’UE.
M. Bendib