9.9 C
Alger
27 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
MONDE

Troubles en Guinée-Bissau : Le président Umaro Sissoco Embalo dénonce « une tentative de coup d’État »

En Guinée-Bissau, le président Umaro Sissoco Embalo a dénoncé samedi « une tentative de coup d’État » après de violents affrontements qui ont secoué la capitale du pays dans la nuit de jeudi à vendredi.
Le président bissau-guinéen Umaro Sissoco Embalo a dénoncé samedi 2 décembre une « tentative de coup d’État » qui aura « de lourdes conséquences » après des affrontements entre l’armée et des éléments des forces de sécurité qui ont fait au moins deux morts. « J’étais à Dubaï où j’ai pris part à la COP28. Je ne pouvais pas rentrer à cause de la tentative de coup d’État. Je tiens à vous dire que cet acte aura des conséquences graves », a déclaré à son retour à Bissau le président Embalo à la presse. « Il y avait des indices, nous allons vous les montrer. Ce coup d’État a été préparé avant le 16 novembre (date des célébrations du 50e anniversaire des forces armées) », a-t-il poursuivi. Des affrontements entre les éléments de la Garde nationale, retranchés dans une caserne du sud de la capitale Bissau, et les forces spéciales de la Garde présidentielle, ont éclaté la nuit de jeudi à vendredi, faisant au moins deux morts selon un responsable militaire.
Le calme est revenu vendredi en milieu de matinée avec l’annonce de la capture ou la reddition du commandant de la Garde nationale, le colonel Victor Tchongo.

Une commission d’enquêtes constituée lundi
Les éléments de la Garde nationale ont fait irruption jeudi soir dans les locaux de la police judiciaire pour en extraire le ministre de l’Économie et des Finances, Souleïman Seïdi, et le secrétaire d’État au Trésor public, Antonio Monteiro. Les deux membres du gouvernement étaient interrogés par la police judiciaire, sur instruction du procureur général nommé par le président, à propos d’un retrait de dix millions de dollars des caisses de l’État. « Le colonel Tchongo n’est pas un fou. Il a été envoyé par quelqu’un pour entrer dans les installations de la PJ exfiltrer Souleïman Seïdi. L’empire des lois doit fonctionner. Le procureur général est l’avocat de l’État », a dit Umaro Sissoco Embalo. Le président a ensuite annoncé qu’une commission d’enquêtes sera constituée lundi. « On n’organise pas un coup d’État contre le président de l’Assemblée nationale, encore moins contre un Premier ministre, mais contre le président de la République commandant en chef des armées », a-t-il asséné. La Guinée-Bissau accuse une instabilité politique chronique et a connu depuis son indépendance du Portugal en 1974 une kyrielle de coups de force, le dernier en février 2022.

Related posts

Danemark : attentat meurtrier à Copenhague

courrier

Grèce : «Unité populaire», le nouveau parti des dissidents de Syriza

courrier

Afghanistan : Le séisme après des bombardements, la double peine des rescapés

courrier

Syrie : Hassaké, ville clé pour les Kurdes et le régime

courrier

Syrie : La Turquie s’enracine et étend son influence dans le Nord

courrier

APRÈS LES DÉCISIONS DU CPS DE L’UA : Le Maroc et sa monarchie au pied du mur

courrier